Retour

Le Manitoba pourrait privatiser les ambulances aériennes et les bombardiers d'eau

Le gouvernement provincial du Manitoba pourrait privatiser son service de transport aérien, qui est responsable du maintien et de la coordination de la flotte publique d'ambulances aériennes et de bombardiers d'eau.

À l'heure actuelle, la province possède, entretient et exploite une flotte de 22 aéronefs qui fournissent des services d'ambulance aérienne pour les collectivités éloignées. La province offre également le transport interhospitalier, la lutte contre les feux de forêt ainsi que le transport pour les fonctionnaires et les travailleurs d'Hydro-Manitoba.

Selon un document confidentiel obtenu par Radio-Canada/CBC, la province a récemment donné à Santé Manitoba le feu vert pour lancer un appel d'offres afin de savoir si une entreprise privée pourrait être intéressée à prendre le relais.

Le programme de transport interétablissements de Southern Air, qui fournit un transport interétablissements aux patients du sud du Manitoba, ne fait pas partie de l’appel d’offres.

Un porte-parole du ministre de la Santé, Kelvin Goertzen, a confirmé que l'appel d’offres est en cours de développement, mais qu'il n'a pas encore été publié.

Les documents budgétaires de l'année dernière montrent que les services aériens de la province engendrent des dépenses d'environ 9,6 millions de dollars par année en salaires et en avantages sociaux, ainsi qu'environ 19,2 millions de dollars en coûts liés aux équipements.

En tenant compte des sources de revenus externes, le coût net de l'exploitation des services aériens devrait atteindre près de 13 millions de dollars pour l'exercice financier en cours.

L'opposition néo-démocrate affirme qu'il n'y a pas encore eu de consultations concernant la privatisation éventuelle des services aériens.

« Je suppose que nous pouvons dire que nous ne sommes pas surpris », a déclaré Matt Wiebe, porte-parole de l’opposition en matière de Santé. Il ajoute que la privatisation est une attaque contre les travailleurs de première ligne.

Matt Wiebe affirme que les personnes qui vivent dans des régions éloignées de la province s'inquiètent déjà des services offerts par le gouvernement actuel et qu’ils craignent que la privatisation ne fasse qu’aggraver la situation.

Selon un texte de Jacques Marcoux, CBC News

Plus d'articles

Commentaires