Retour

Le ministre Martin Coiteux veut développer le « réflexe régions »

Invité à prendre la parole devant les élus membres de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) réunis à Québec, le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a parlé d'une véritable révolution dans l'histoire des relations Québec-municipalités.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Avouant que le réflexe « Montréal » est bel et bien établi, le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, entend faire siennes les priorités des plus petites municipalités.

Dans un discours que certains maires ont estimé un peu trop électoraliste, le ministre a invité les élus municipaux à « devenir des alliés du premier ministre » pour transformer le monde municipal.

Nouvelles orientations en matière d'aménagement du territoire : le document sera revu

Concernant les orientations gouvernementales en aménagement du territoire, contestées vigoureusement par les élus, Martin Coiteux a annoncé qu'un groupe de travail formé de représentants de son ministère et de la FQM, entre autres, allait revoir les dispositions litigieuses.

Parmi celles-ci, l'obligation de développer en priorité la ville centre de chacune des MRC.

Questionné en point de presse à savoir si cette directive était issue du Québec ancien ou du Québec nouveau, pour reprendre les termes qu'il a utilisés devant l'auditoire, Martin Coiteux a précisé qu'il s'agit d'un document provisoire.

Même si le ministre a affirmé que « les priorités des municipalités allaient devenir celles du gouvernement », il n'a pas voulu s'avancer sur l'éventuel retrait des directives dénoncées par la FQM.

Des maires veulent autre chose que des paroles

Le préfet de la MRC Rimouski-Neigette s'est dit sceptique malgré la « révolution » proposée par le ministre. Après 35 ans dans le monde municipal, Françis St-Pierre ne croit plus à ces promesses de décentralisation.

« "C’est fini le mur à mur", j’ai entendu ça aussi de M. Couillard en campagne électorale la dernière fois et, ce qui est arrivé après, ça a été du mur à mur d’un bout à l’autre, a-t-il rappelé. Si les municipalités prennent du pouvoir, quelqu'un en perd à Québec et ils ne se feront jamais hara-kiri. »

Même son de cloche pour le maire d'Albertville dans la Matapédia, Martin Landry, qui siège aussi au conseil d'administration de la FQM.

Nouvelle stratégie d’occupation du territoire

Invité à préciser sa pensée en entrevue à l’émission Au cœur du monde, le ministre Coiteux a parlé de la nouvelle stratégie d’occupation du territoire où, dit-il, il reviendra à chaque région de définir ses priorités, priorités qui deviendront celles du gouvernement.

« Les ministères et organismes n’auront pas le choix. Ils vont devoir répondre aux priorités des régions. On a inversé complètement la machine, a-t-il expliqué. Le gouvernement va répondre aux priorités des régions plutôt que de décider pour elles. »

Au sujet des projets de règlement encadrant l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures, le ministre Coiteux a voulu se faire rassurant. Il a indiqué qu’il était prévu de désigner des municipalités qui sont incompatibles avec l’industrie des hydrocarbures.

« Quand les risques sont élevés, les municipalités pourront toujours demander la tenue de bureaux d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) », a-t-il mentionné.

M. Coiteux a ajouté que les contours de ces nouvelles règles vont être précisés lorsque les projets de règlement seront publiés.

Plus d'articles

Commentaires