Retour

Le mouvement conservateur en quête de renouveau

Certains décrivent l'événement comme le « Woodstock des conservateurs ». La conférence du Centre Manning est organisée par l'ancien chef du Parti réformiste, Preston Manning. L'événement, qui se déroule à Ottawa, réunit des centaines de militants de droite de partout au pays. Après la défaite du Parti conservateur aux dernières élections, plusieurs militants voient une occasion pour leur mouvement de prendre une nouvelle direction.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Dans les couloirs du centre des congrès d'Ottawa, on aperçoit quelques kiosques. L'éventail du contenu offert est vaste. Cela va d'un groupe de défense des contribuables - qui présente une affiche dénonçant les subventions à Bombardier - à un kiosque d'une entreprise familiale qui fabrique des macarons aux couleurs des partis conservateurs fédéral et provinciaux.

Sur une table, à ce kiosque, on trouve un macaron sur lequel on peut lire « Green Conservative ». L'un des représentants de l'entreprise qui fabrique ces macarons, Devon Veillette, est un jeune militant conservateur. Il aimerait bien que son parti soit plus vert. « On veut que cela prenne une nouvelle direction », lance-t-il en parlant de sa formation politique.

Selon lui, la conférence Manning est l'endroit pour le faire, d'autant plus que le thème cette année est « recharger la droite ». « Dans le thème "recharger", il y a une admission que le parti a manqué de charge à la dernière élection. Les bonnes solutions commencent par accepter qu'il y a un problème », explique Marco Navarro-Génie, président de l'Institut de l'Atlantique en études de marché.

Au menu : économie, environnement et légalisation de la marijuana

Pour relancer le mouvement, les organisateurs de la conférence donnent la chance aux candidats potentiels à la direction du Parti conservateur du Canada de se faire entendre. Des discussions sont aussi organisées. Parfois, il s'agit d'enjeux traditionnellement chers aux conservateurs, tels que l'avenir de l'industrie énergétique et la lutte contre la dette et le déficit.

Mais des débats sont également organisés sur la gestion des médias, la légalisation de la marijuana, les questions autochtones et l'environnement.

« De ne pas représenter les valeurs des jeunes Canadiens, en particulier sur l'environnement, ça va limiter la capacité des partis conservateurs au niveau fédéral et provincial à gagner des élections », explique Kai Nagata, du groupe Dogwood Initiative, venu spécialement de Vancouver pour l'événement.

Pour un grand nombre de participants à cette conférence à Ottawa, ces discussions sont essentielles.

Si plusieurs des participants à la rencontre sont tournés vers l'avenir, le passé est encore présent. Dans les couloirs, on peut par exemple apercevoir d'anciens membres de la garde rapprochée de Stephen Harper, notamment son ancien chef de cabinet, Nigel Wright. Interrogé sur la direction que la formation devrait prendre, il a lui aussi parlé du besoin d'aborder plus de sujets, comme l'environnement et la lutte contre la pauvreté. Il répète néanmoins l'importance pour le Parti conservateur de partager son message de responsabilité économique.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. 

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité