Retour

Le Nouveau-Brunswick cherche des solutions pour garder ses immigrants

L'Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) charge le NouLAB, le laboratoire de l'innovation publique et sociale du Nouveau-Brunswick, d'étudier les problèmes liés à la rétention des immigrants dans la province. Plus de 410 000 dollars ont été attribués à ce projet par les gouvernements fédéral et provincial.

Le NouLAB a été chargé de trouver et de mettre à l’essai de nouvelles solutions aux problèmes liés à la rétention des immigrants. L’annonce a été faite mardi matin par le député fédéral de Fredericton, Matt DeCourcey, en compagnie de Gilles LePage, ministre provincial du Travail, de l’Emploi et de la Croissance démographique.

Les travaux du NouLAB devront tenir compte de différents points de vue, « dont ceux de nouveaux Canadiens, d’organismes d’aide à l’établissement, de municipalités, d’universitaires, des gouvernements provincial et fédéral et du public », peut-on lire dans le communiqué de l’APECA.

Le gouvernement accorde une contribution de 190 000 dollars à cette initiative dans le cadre du Programme de développement des entreprises de l’APECA.

La province accorde quant à elle un montant de 222 000 dollars par l’intermédiaire du ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Le NouLAB est un programme conjoint du Réseau de recherche sur les politiques sociales et du Centre Pond-Deshpande de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine