Retour

Le nouveau chef conservateur albertain se défend d’être homophobe

Le chef par intérim du Parti conservateur uni en Alberta, Nathan Cooper, affirme avoir changé d’avis sur les questions d’orientations sexuelles et que les opinions homophobes que les néo-démocrates l’accusent d’avoir relayées dans le passé ne reflètent pas ce qu’il pense aujourd’hui.

Un texte de Laurent Pirot

« Il y a beaucoup de choses que je ne comprenais pas et que je sais maintenant », a expliqué le député de Olds-Didsburry-Three Hills.

Avant d’être élu en 2015, Nathan Cooper a notamment travaillé pour l’organisme Canada Family action, qui défend des « principes chrétiens ». L’organisme fait figurer sur son site Internet des liens vers des contenus faisant la promotion de thérapies pour convertir les homosexuels ou dénonçant « l’extrémisme de la fierté ».

« C’était il y a huit ou dix ans, ces déclarations ne reflètent absolument pas mes opinions actuelles », a expliqué M. Cooper. « Je défends cette communauté sans aucune ambiguïté. »

Le chercheur Kris Wells, très engagé dans la défense de la diversité sexuelle n’est pas convaincu et attend plus que des mots : « S’il a vraiment changé ses attitudes passées […] qu’il nous montre des actes, des preuves. »

Le professeur estime que le doute plane sur l’ensemble du parti et que ses dirigeants devraient en faire plus pour clarifier leurs positions et se défaire des soupçons d’homophobie liés aux controverses des dernières années.

Soupçons d'homophobie sur le parti

Le gouvernement conservateur de Jim Prentice avait donné une image peu ouverte lors de vifs débats sur les alliances gai-hétéro dans les écoles. Le Wildrose est également incapable de faire oublier certains dérapages, comme celui d’un candidat qui promettait aux homosexuels l’éternité dans un lac de feu.

Nathan Cooper n’a pas exclu mardi que les écoles informent les parents de la participation de leur enfant à une alliance gai-hétéro. Selon lui, il existe des situations dans lesquelles cette information devrait rester confidentielle et d’autres qui nécessitent l’information des parents.

L’ancien ministre conservateur Richard Starke a cité lundi le manque de soutien envers les alliances gai-hétéro parmi les facteurs qui l’ont poussé à ne pas rejoindre le nouveau caucus conservateur uni.

La première ministre adjointe de l’Alberta Sarah Hoffman a qualifié d’extrémistes, les positions passées de M. Cooper. Elle pense qu’il doit donner de plus amples explications sur les raisons qui l’ont fait changer d’avis ou démissionner.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine