Retour

Le nouvel apprentissage du député indépendant, Gaétan Lelièvre

Devenu député indépendant au cours de la dernière session, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, fait le bilan de ses interventions et de celles du gouvernement dans sa circonscription au cours des derniers mois.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Bruno LelièvreLe député l’admet d’emblée, la collaboration et l’expertise du caucus de son parti lui manquent.

Gaétan Lelièvre est devenu indépendant en raison d’allégations de conflit d’intérêts pour des événements survenus au moment où il était directeur général de la Ville de Gaspé.

Par contre, la ligne de parti ne lui manque pas : « Si l’aile parlementaire décide d’insister sur des problématiques qui ne touchent pas nécessairement son comté, tu dois te rallier. »

Être député indépendant lui a permis, dit-il, de se concentrer sur les dossiers qui concernent sa circonscription.

L’Assemblée nationale, rappelle-t-il, protège les droits des députés indépendants ce qui donne la possibilité d’interroger le gouvernement lors de la période de questions.

Son budget a aussi été haussé de 30 000 $ pour pallier la perte de services et d’expertises associés au parti qu’il a dû quitter.

Québec sur la bonne voie

Gaétan Lelièvre se dit satisfait de voir des dossiers comme celui de l’offre de traitements d’hémodialyse à l’hôpital de Gaspé enfin réglé. Ça a été long avant d’avoir des signaux encourageants, on est en troisième année de mandat, ajoute tout de même le député de Gaspé.

L’engagement de Québec dans le transfert de propriété des quais de Gaspé et de Percé est aussi, pour lui, un pas dans la bonne direction.

Il se montre par contre plus sceptique en ce qui concerne la remise en état du chemin de fer gaspésien. « Le 100 millions de dollars est un pas dans la bonne direction, souligne M. Lelièvre, ça nous donne de l’espoir, mais il faudra voir avec le temps quels travaux seront faits. »

Au tour de la Haute-Gaspésie

D’autres dossiers préoccupent aussi le député, notamment ceux qui concernent la Haute-Gaspésie. « Aucune annonce significative depuis l’élection du gouvernement pour la Haute-Gaspésie », relève-t-il.

La route 132 et la menace de l’érosion des berges sont aussi des enjeux importants dont le gouvernement devrait s’occuper, poursuit Gaétan Lelièvre. Une partie de la route 132 a été emportée en décembre dernier par les fortes vagues bloquant l’accès aux villages de La Martre et de Mont-Louis.

La route a été fermée sur une distance d’environ 100 kilomètres pendant quelques jours. Seuls les véhicules d’urgence étaient autorisés à y circuler. « Il va y avoir d’autres tempêtes, estime le député, si on n’intervient pas rapidement le même scénario risque de se reproduire et c’est inacceptable en 2017. »

Gaétan Lelièvre n’a pas encore terminé sa réflexion sur son avenir politique. Sa priorité est de poursuivre son mandat.

« Je suis avant tout député pour défendre ma circonscription, d’amener les jeunes et de faire de la politique autrement », indique le député qui rappelle que 15 mois avant l’échéance électorale, « c’est long ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine