Retour

Le NPD-Alberta change d'avis au sujet de deux projets de capture de carbone

Le gouvernement néo-démocrate financera deux projets de capture de carbone alors qu'en campagne électorale, le NPD-Alberta avait promis d'y mettre fin.

C'est ce qu'a confirmé la ministre de l'Énergie Marg McCuaig-Boyd lors d'une tournée mercredi dans le secteur industriel Heartland, en Alberta.

Cette région accueille une quarantaine d'entreprises de produits chimiques, pétrochimiques, pétroliers et gaziers d'Edmonton, de Fort Saskatchewan et des comtés de Lamont, Strathcona et Sturgeon.

« Notre gouvernement a l'intention d'honorer les contrats pour deux projets de capture et de stockage de carbone dans la province : le projet Quest et l'Alberta Carbon Trunk Line », a dit la ministre dans un communiqué.

Le projet Quest devrait être prêt à entrer en activité tard cette année. L'Alberta Carbon Trunk Line doit pour sa part être opérationnelle en 2016.

Les autres attendront

Le gouvernement refuse pour le moment de financer d'autres projets similaires. La ministre McCuaig-Boyd, qui visitait Heartland en compagnie de sa collègue de l'Innovation et de l'Éducation avancée, Lori Sigurdson, a toutefois indiqué que la province pourrait changer sa position si les deux projets donnent de bons résultats.

Elle a ajouté que le gouvernement tient à évaluer toutes les options pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, incluant dans les transports et l'énergie.

La ministre de l'Énergie a rappelé que le gouvernement néo-démocrate a promis une nouvelle stratégie complète sur le changement climatique.

Incertitude aussi pour les raffineries

Lors de la tournée de mercredi à Fort Saskatchewan, la ministre a aussi visité la raffinerie North West et celle du complexe Shell Scotford. Mais elle n'a pas été en mesure de préciser si la province financerait les raffineries.

« J'ignore si on y tient pour le moment. Nous tenons cependant à la valeur ajoutée et c'est ce que nous recherchons, et c'est ce qui est mieux pour nos revenus », a indiqué Marg McCuaig.

Le directeur de l'association industrielle de Heartland, Neil Shelly, assure de son côté que les produits transformés sont rentables. « Nous avons récemment étudié les produits pétrochimiques. La comparaison entre l'exportation des produits bruts et les produits raffinés est énorme et représente un gain pour les taxes corporatives, les emplois et le produit intérieur brut », explique-t-il.

Neil Shelly croit qu'une telle rentabilité devrait favoriser les entreprises dans le projet du gouvernement Notley de réviser le système de redevances énergétiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine