Retour

Le NPD courtise les entreprises de gaz naturel liquéfié

Le gouvernement néo-démocrate de John Horgan propose certains allègements fiscaux aux entreprises qui souhaiteraient lancer des projets de gaz naturel liquéfié (GNL ou LNG) en Colombie-Britannique.

Ces mesures s’inscrivent dans le nouveau plan de développement du gaz naturel annoncé par la province jeudi.

Afin d’attirer les projets de GNL, le gouvernement promet :

  • une exemption de la taxe de vente provinciale sur les coûts de construction;
  • l’abolition de la taxe sur les revenus tirés des GNL.

Les entreprises devront payer la taxe sur le carbone conformément aux normes touchant les grandes entreprises et le coût de l’électricité sera en fonction des tarifs en vigueur pour les industries.

Des conditions claires

Pour obtenir le soutien de la province, un projet doit être rentable de façon à compenser l’argent déboursé par les contribuables.

Il doit garantir des emplois et de la formation aux Britanno-Colombiens et être réalisé en partenariat avec les Premières Nations.

Il doit en outre respecter l’environnement en assurant la protection de l’air, du territoire et de l’eau de la province, et investir dans la lutte aux changements climatiques.

LNG Canada en toile de fond

L’annonce survient alors que le sort du projet LNG Canada, dont un terminal d’exportation serait à Kitimat, dans le nord de la province, est sur le point d’être connu.

Le projet élaboré en coentreprise par Shell Canada, PetroChina, KOGAS et Mitsubishi prévoit aussi des investissements dans les champs gaziers du nord-est de la province, la construction d’un gazoduc et l’exportation du gaz naturel vers l’Asie.

Le gouvernement rappelle que LNG Canada a déjà reçu l’aval de la plupart des Premières Nations.

Si les partenaires choisissent d’aller de l’avant lors de leur réunion prévue la semaine prochaine, le projet pourrait créer 10 000 emplois en Colombie-Britannique et générer des revenus de 22 milliards de dollars sur 40 ans pour la province.

Un projet modèle

Le gouvernement Horgan soutient que les conditions et les avantages inclus dans son plan de développement du gaz naturel ont déjà été signifiés aux promoteurs de LNG Canada.

Il indique en outre qu’il souhaite faire de ce projet, s’il va de l’avant, un exemple d’application du plan.

Tentant de se distancier des positions du précédent gouvernement libéral, John Horgan insiste sur les différences de son approche. « Nous allons nous assurer que les avantages [de LNG Canada] sont réels et évidents », dit-il, si le projet devait aller de l’avant.

Réaction d'Andrew Weaver

Le chef du Parti vert et allié essentiel dans le maintien au pouvoir du gouvernement minoritaire du NPD, Andrew Weaver, se montre plus modéré.

Comparant l’appui de son allié pour LNG Canada à celui de Justin Trudeau pour l’expansion du pipeline Trans Mountain, il soutient que John Horgan souhaite simplement prouver qu’il a réussi là où Christy Clark a échoué.

Il dénonce, en même temps, le peu de considération de LNG Canada pour l’environnement.

« En 25 ans de travail en science du climat, je connais les chiffres », dit-il, se demandant « comment réussir à réduire les émissions [de gaz à effet de serre] de 40 % tout en augmentant la production de 8 mégatonnes ».

Avec les informations de Pierreluc Gagnon et Érik Tremblay

Plus d'articles