Retour

Le NPD et les verts au pouvoir en Colombie-Britannique

Le Nouveau Parti démocratique de John Horgan appuyé par le Parti vert d'Andrew Weaver tentera de formera le gouvernement en Colombie-Britannique, mettant fin au règne de 16 ans du Parti libéral.

Un texte de Fanny Bédard

La lieutenante-gouverneure Judith Guichon donne à l’alliance formée par les 41 députés néo-démocrates et les 3 députés verts la possibilité de gouverner la province après que le Parti libéral de Christy Clark a perdu la confiance de la Chambre jeudi à Victoria.

« En tant que lieutenante-gouverneure de la Colombie-Britannique [...], j’ai rencontré la première ministre Christy Clark et j’accepterai sa démission. J’ai demandé à M. Horgan de former le gouvernement, lui qui m’a assuré qu’il pourra former un gouvernement qui a la confiance de la l’Assemblée législative », a déclaré par voie de communiqué la lieutenante-gouverneure Judith Guichon.

« Je veux m'attaquer le plus vite possible à mettre en place un cabinet et une structure gouvernementale pour que nous puissions avancer sur les enjeux importants pour les gens », a déclaré pour sa part John Horgan. « La crise du fentanyl nécessite une attention immédiate, le bois d'oeuvre et notre système d'éducation aussi », a-t-il poursuivi.

Christy Clark avait fait savoir plus tôt cette semaine qu’elle dirait à la lieutenante-gouverneure que, selon elle, cette alliance ne pourrait pas offrir un gouvernement stable aux Britanno-Colombiens.

La lieutenante-gouverneure a tout de même préféré cette option à celle de dissoudre l’Assemblée et de déclencher des élections, moins de deux mois après des élections générales très serrées lors desquelles le Parti libéral avait a fait élire 43 députés.

Les jeux politiques ne sont pas tout à fait finis

Quelques semaines après les élections, le NPD de John Horgan et le Parti vert d’Andrew Weaver avaient annoncé une alliance dans le but de faire tomber le gouvernement de Christy Clark.

Depuis, le Parti libéral a usé de tactiques pour faire mal paraître l’opposition. Il a notamment présenté un discours du Trône fortement teinté de promesses néo-démocrates et vertes que les deux partis de l’alliance ont refusé d’appuyer dans le but de faire tomber le gouvernement. Comme promis, le président de l'Assemblée, le libéral Steve Thomson, a aussi démissionné, tout de suite après le vote de confiance qui a défait le gouvernement de Christy Clark.

L'alliance du NPD et des verts devrait nommer un nouveau président choisi parmi ses députés. Il y aurait alors 43 députés NPD et verts qui siègeront à l'Assemblée, face à une opposition de 43 libéraux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine