Retour

Le NPD promet d'investir 500 millions sur quatre ans en santé

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, s'engage à favoriser l'accès à un médecin de famille et au personnel offrant des soins primaires en santé, s'il est élu à la tête du prochain gouvernement.

Pour ce faire, le dirigeant néo-démocrate, qui était de passage à Vancouver, promet notamment d'accorder aux provinces une nouvelle subvention totalisant 200 millions de dollars pour les aider à former et recruter 7000 nouveaux spécialistes en santé, dont des médecins et des infirmières praticiennes.

La subvention varierait entre 15 000 $ et 50 000 $ par professionnel recruté.

Selon le parti, cette mesure devrait permettre aux quelque 5 millions de Canadiens qui n'en ont pas d'avoir accès à un médecin de famille ou à une équipe de soins primaires. Cette subvention commencerait à être versée dès la première année suivant l'entrée en poste d'un éventuel gouvernement néo-démocrate.

Le NPD entend également verser 300 millions de dollars aux provinces pour la construction ou l'agrandissement de 200 cliniques. Cette somme ne serait toutefois investie qu'à compter de la deuxième année d'un mandat néo-démocrate, M. Mulcair précisant que de la planification serait nécessaire pour ces projets.

Thomas Mulcair a affirmé que ces mesures seraient élaborées en collaboration avec les provinces, qui ont juridiction en matière de santé.

Il a en outre critiqué le chef conservateur Stephen Harper pour avoir sabré dans les transferts en santé aux provinces.

Le chef du NPD a toutefois admis à demi-mot, il y a quelques semaines, qu'il aurait lui-même des « choix difficiles » à faire pour équilibrer le budget fédéral dès 2016-2017, comme il l'a promis. Pressé de questions sur la manière dont les dépenses sont réparties dans le cadre financier néo-démocrate, M. Mulcair a attaqué l'approche de son adversaire libéral, qui pour sa part prévoit des déficits jusqu'en 2019-2020.

« Nous n'avons pas besoin du type de vision à court terme qui est proposée par les libéraux, qui laisseront une dette importante aux générations futures », a lancé le chef du NPD. « C'est une question de bonne administration publique, c'est une question de planifier à long terme », a-t-il ajouté, rappelant de nouveau sa propre expérience de ministre provincial.

Sur Twitter, la conseillère principale de Stephen Harper pour le Québec, Catherine Loubier, a critiqué le « plan Mulcair en santé », affirmant qu'il s'agissait une « intrusion totale dans les compétences exclusives des provinces ».

Le NPD propose une stratégie nationale pour l'Alzheimer

Le NPD investirait également 40 millions de dollars au cours des quatre prochaines années pour aider les provinces à améliorer la recherche et les soins liés à la maladie d'Alzheimer et à la démence.

La stratégie qu'il propose vise notamment à favoriser le dépistage précoce afin d'améliorer le traitement des patients et freiner la progression de leur maladie. Le parti compte également améliorer les ressources mises à la disposition des personnes atteintes et de leurs proches aidants ainsi qu'accroître le financement destiné à la recherche.

Le NPD précise qu'il mettrait sur pied un « Partenariat canadien sur l'Alzheimer et de la démence », qui aurait pour mandat de favoriser la collaboration entre les provinces, les chercheurs, la Société Alzheimer du Canada et d'autres spécialistes.

La stratégie du NPD s'appuierait sur le projet de loi C-356, qu'avait présenté un de ses députés en octobre 2013. Le projet, intitulé Loi concernant une stratégie nationale sur la démence, avait cependant été défait en deuxième lecture en mai 2015 par une seule voix, à 140 voix contre 139.

Plus d'articles

Commentaires