Retour

Le NPD promet un centre de traitement à Grassy Narrows

La chef néo-démocrate, Andrea Horwath, a promis vendredi matin de faire construire un centre de traitement pour les victimes d'empoisonnement au mercure à Grassy Narrows si le NPD remporte la prochaine élection.

Les membres de la communauté autochtone vivent avec les séquelles de déversements de mercure de la papetière de Dryden située en amont dans les années 1960 et 1970. Selon certains chercheurs, plus de 90 % des membres de la communauté souffriraient de séquelles dues à l'empoisonnement au mercure.

La promesse du NPD est incluse dans sa plateforme, qui est publique depuis plusieurs semaines. Le sujet n'avait toutefois pas encore été abordé par Andrea Horwath, qui est la seule chef de l'un des principaux partis ontariens à avoir fait le déplacement jusqu'à Grassy Narrows depuis le début de la campagne.

Un centre attendu depuis des années

Les résidents de la réserve demandent depuis des années qu'un centre du genre voit le jour.

La réserve ne possède qu'un petit dispensaire. Certaines victimes d'empoisonnement doivent se rendre à Winnipeg pour obtenir des soins.

Le NPD consacrerait 7 millions de dollars à la construction de ce centre de traitement.

Dès la première année d'un gouvernement néo-démocrate, 3 millions de dollars seraient investis pour construire le centre et l'ouvrir.

La plateforme électorale du NPD prévoit ensuite un million de dollars par an, pendant quatre ans, pour son fonctionnement.

Le gouvernement fédéral s'était aussi engagé en novembre dernier à créer un tel centre spécialisé dans le traitement des victimes d'empoisonnement au mercure sans donner plus de détails.

Les symptômes répertoriés jusqu'à présent chez les personnes contaminées incluent la perte de sensation dans différents membres, particulièrement au bout des doigts et des orteils, des problèmes de vision et d'élocution, des convulsions et des retards de développement chez certains enfants.

Des études ont aussi démontré que le mercure traverse la barrière du placenta chez les femmes enceintes, ce qui explique que des enfants nés bien après la contamination vivent encore avec les séquelles de problèmes survenus il y a maintenant plus de cinquante ans.

Nettoyage maintenu

Andrea Horwath affirme que le NPD, s'il est porté au pouvoir, maintiendra le nettoyage de la rivière English-Wabigoon annoncé par la chef du Parti libéral, Kathleen Wynne, en juin 2017, ainsi que l'argent nécessaire pour le financer.

Le programme du NPD stipule que la décontamination ira de l'avant sous un éventuel gouvernement néo-démocrate, « afin que les Premières Nations de Grassy Narrows et de Wabaseemoong, qui ont attendu trop longtemps, puissent enfin, et de nouveau, boire l’eau et manger les poissons sur lesquels leurs communautés ont pu compter pendant des générations ».

Après avoir longtemps refusé de procéder à la décontamination de la rivière English-Wabigoon, alléguant que l'opération aggraverait la situation en répandant dans le cours d'eau des sédiments contaminés, mais immobiles, le gouvernement libéral avait finalement plié et promis d'investir 85 M$ pour le nettoyage.

Le NPD maintiendrait ces sommes.

Indemnités supplémentaires

En plus d'annoncer un centre de traitement pour les résidents souffrant d'empoisonnement au mercure, un éventuel gouvernement NPD réserverait 12 millions de dollars pour dédommager les victimes qui ne l'ont pas encore été.

Un comité provincial et fédéral chargé d'indemniser ces victimes, fruit d'une entente conclue entre les dirigeants de la réserve et les deux paliers de gouvernement, existe depuis le milieu des années 1980.

Or, les membres de la Première Nation dénoncent les critères trop strictes qui tendent à empêcher certaines victimes d'obtenir des indemnités. L'argent promis par le NPD servirait donc à aider les victimes qui peinent à obtenir de l'aide financière.

Kiiwetinoong : une nouvelle circonscription

La réserve de Grassy Narrows fait partie de la nouvelle circonscription de Kiiwetinoong, créée entre autres pour augmenter la représentation des membres des Premières Nations en politique provinciale.

Les conservateurs ont choisi comme candidat Clifford Bull, le chef de la Première Nation de Lac Seul, située dans la région de Sioux Lookout.

Les libéraux ont jeté leur dévolu sur Doug Lawrance, maire de Sioux Lookout, alors que le candidat néo-démocrate est Sol Mamakwa, un membre de la Première Nation de Kingfisher Lake.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine