Retour

Le NPD réclame une enquête sur la rencontre entre l'ONE et Charest

Le porte-parole du NPD en matière d'éthique, Alexandre Boulerice, a écrit à la commissaire au lobbying du Canada, Karen Sheppard, pour réclamer une enquête sur une rencontre entre l'Office national de l'énergie (ONE) et l'ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, qui travaillait alors pour la firme TransCanada, pour discuter du projet de pipeline Énergie Est.

Le député de la circonscription de Rosemont-La Petite-Patrie souhaite savoir si les articles 5.1 et 10 de la Loi sur le lobbying ont été enfreints par cette rencontre.

Le National Observer a révélé le 4 août dernier que le président de l'ONE ainsi que deux de ses commissaires ont bel et bien rencontré en janvier 2015 l'ex-premier ministre Jean Charest, alors que ce dernier agissait comme consultant pour TransCanada.

« Cette rencontre soulève d'inquiétantes préoccupations quant à la capacité qu'ont les ex-politiciens ayant des liens étroits avec les libéraux de contourner toutes les mesures de reddition de comptes », a déclaré le député Alexandre Boulerice.

L'ONE avait initialement nié ces informations pour finalement s'excuser en plaidant une erreur de bonne foi.

Le NPD n'est pas seul à réclamer une enquête : les organisations environnementales Équiterre et Greenpeace ont aussi fait cette demande, mardi.

« Comment se fait-il que ce genre de rencontre a lieu? L'ONE est un tribunal quasi indépendant, et de toute évidence, il n'agit pas ainsi », a déclaré le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin.

La ministre de l'Environnement ne s'en mêle pas

De son côté, la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a fait appel mardi à la confiance des Canadiens, sans vouloir répondre directement aux allégations portées contre l'ONE.

« On doit avoir confiance en notre système, on doit avoir confiance en nos institutions, et nous devons nous assurer qu'on a des décisions qui sont indépendantes », a-t-elle déclaré à Halifax.

Plus d'articles

Commentaires