Retour

Le NPD reçoit une note parfaite de l'Assemblée des Premières Nations

Si l'Assemblée des Premières Nations (APN) se garde bien d'appuyer un parti plutôt qu'un autre en vue du 19 octobre, son évaluation des plateformes électorales publiée jeudi semble plutôt pointer en faveur du Nouveau Parti démocratique et du Parti libéral du Canada.

En tenant compte des critères choisis par l'APN afin d'évaluer les engagements du Parti conservateur du Canada, du Parti vert du Canada, du NPD et du PLC, c'est ce dernier qui remporte la mise.

Le parti de Thomas Mulcair s'en tire avec six réponses classées « vertes », qui signifient que le parti a une « approche claire et complète » en regard des priorités des Premières Nations. Un résultat qui concorde avec la volonté du chef néo-démocrate de créer une relation « de nation à nation » entre Ottawa et les Autochtones.

En deuxième position arrive le PLC, qui s'est mérité un réponse classée « jaune » dans le dossier de la revitalisation des langues autochtones, qui signifie qu'une réponse partielle ou incomplète a été fournie à l'APN.

Le PLC a bel et bien pris l'engagement, s'il est élu, de financer les communautés autochtones afin de les aider « à promouvoir, préserver et mettre en valeur leurs langues », mais il a toutefois évité de le chiffrer. Ce n'est pas le cas du NPD, qui a promis de créer un fonds ainsi qu'un institut pour la revitalisation des langues autochtones en investissant 68 millions de dollars pendant quatre ans.

Les conservateurs au bas de l'échelle

Le parti qui a reçu la plus mauvaise évaluation est le Parti conservateur, avec quatre réponses rouges - jugées inadéquates - et deux jaunes. Les conservateurs ont notamment refusé de confirmer qu'ils allaient supprimer le plafond de 2 % sur les augmentations annuelles de financement pour les services et les programmes dans les réserves. Ils ont également refusé de prendre des engagements en matière de protection de l'environnement ou de renforcement des droits.

Quant au Parti vert, il a réussi à se classer au 3e rang grâce à quatre réponses classées « vertes » et deux jaunes. Aux yeux de l'APN, le parti d'Elizabeth May a servi des réponses incomplètes ou insatisfaisantes sur les enjeux de la revitalisation des langues autochtones ainsi qu'en matière de partage et de financement équitables.

Sans leur dire pour qui voter, le chef national de l'APN, Perry Bellegarde, a affirmé par voie de communiqué vouloir aider les citoyens des Premières Nations à « prendre une décision éclairée dans l'isoloir ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine