Retour

Le NPD veut « remettre la science » au coeur des décisions sur le climat

Thomas Mulcair a promis de « remettre la science » au centre du processus de décision sur les questions climatiques, un « enjeu déterminant » dont il ferait une « priorité ».

Un texte de Sophie-Hélène Lebeuf

Le leader du Nouveau Parti démocratique (NPD) a profité de son passage à Iqaluit, au Nunavut, pour marteler l'urgence d'agir, signalant que la région était particulièrement touchée par les effets du réchauffement de la planète, qui accélère la fonte du pergélisol.

« Depuis qu'il est au pouvoir, Stephen Harper, lui, mène une guerre idéologique et obscurantiste contre les milieux scientifiques », a-t-il lancé, promettant d'y mettre fin et d'agir sur la base de « données fiables et probantes ».

Directeur parlementaire de la science

Thomas Mulcair a notamment promis de créer un Bureau du directeur parlementaire de la science qui mettrait des analyses scientifiques « indépendantes » à la disposition des parlementaires et des citoyens.

Accusant aussi le premier ministre sortant d'avoir muselé les scientifiques, une affirmation avancée par les principaux intéressés, Thomas Mulcair s'est en outre engagé à leur redonner leur voix, en veillant à ce qu'ils interagissent librement avec les médias, participent à des conférences et publient leurs recherches.

Sous sa gouverne, a-t-il indiqué, le Canada investirait également 100 millions de dollars dans des projets d'énergie propres, comme l'hydro-électricité, les éoliennes, l'énergie géothermique, la biomasse et l'énergie solaire, dans 25 communautés nordiques de façon à réduire leur dépendance au diesel.

Attaquant le bilan des conservateurs, il les a accusés d'avoir congédié plus de 4000 chercheurs en plus de sabrer plus de 1,1 milliard de dollars dans le financement scientifique et technologique depuis 2011, des chiffres tirés de Statistique Canada.

Il a par ailleurs rappelé que le Canada s'était classé au bas du palmarès de la lutte contre les changements climatiques, dévoilé l'an dernier lors de la conférence de l'ONU sur le climat.

Il y a quelques jours, le NPD a annoncé qu'il mettrait sur pied une bourse du carbone à l'échelle du Canada, avec un droit de retrait pour les provinces ayant un programme suffisamment efficace.

Son plan de lutte contre les changements climatiques prévoit de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 34 % sous le niveau de 1990 d'ici 2030 et de 80 % d'ici 2050.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine