Retour

Le Parti libéral du Québec présente un candidat de 23 ans dans un bastion péquiste

Jonathan Lapointe se présente dans René-Lévesque, une circonscription sous le giron du Parti québécois depuis 2003. Le jeune homme originaire des Escoumins croit tout de même avoir une chance de remporter les prochaines élections.

Un texte de Olivier Roy Martin

« Moi, je me suis toujours intéressé à la politique », déclare Jonathan Lapointe au bout du fil, quelques minutes avant son investiture au Parti libéral. « En secondaire 5, j’étais président de la polyvalente des Berges et j’étais vraiment au courant des dossiers politiques, de l’actualité. »

Diplômé en gestion de commerce au Cégep de Jonquière, Jonathan Lapointe dit poursuivre un certificat en gestion de la relation consommateur à l’Université Laval.

Il explique avoir obtenu sa carte de membre du Parti libéral en 2013 parce qu'il voit Philippe Couillard comme « un homme inspirant et un homme d’État ».

Un jeune candidat libéral dans un château fort péquiste

Quand on lui demande s’il croit avoir une chance de remporter les élections, Jonathan Lapointe répond par l’affirmative. « Je viens d’ici. Je n’aurais voulu aucun autre comté que le mien parce que je veux défendre les gens qui m’ont vu grandir. »

Même si René-Lévesque demeure un bastion péquiste, le Parti libéral est venu y brouiller les cartes lors des dernières élections en 2015.

La candidate libérale de l’époque, Karine Otis, avait fait une importante progression en obtenant près de 39 % des suffrages, soit 10 % de moins que le député péquiste en poste, Martin Ouellet.

En faveur du pont sur la rivière Saguenay

Le candidat libéral priorise le désenclavement de la Côte-Nord qui passe autant, selon lui, par le prolongement de la 138 que la construction d’un pont sur la rivière Saguenay.

« Ça, c’est un projet qui me tient à coeur. Au bureau de projet sur le pont à Tadoussac, qui a été annoncé par le gouvernement, ils vont trouver des solutions idéales pour le désenclavement. »

Jonathan Lapointe s’engage à aller à la rencontre des électeurs de la circonscription de René-Lévesque pour mieux cerner leurs besoins.

« Je veux m’asseoir avec les communautés et vraiment voir à quoi les gens s’attendent d’un candidat libéral de 23 ans. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine