Retour

Le Parti progressiste-conservateur sanctionne Jason Kenney

Le jour de la sélection des 15 délégués qui éliront le prochain chef de la formation politique dans la circonscription d’Edmonton-Ellerslie, Jason Kenney a loué une salle située dans le bâtiment où se déroulait l'événement.

Or, un règlement du parti stipule que les candidats à la direction ne peuvent être présents lors de la sélection des députés. Le directeur du scrutin, Rob Dunseith, impose donc à M. Kenney une amende de 5000 $. Ce montant sera prélevé directement sur la garantie de 20 000 $ qu’il a dû faire fait en début de campagne.

Jason Kenney affirme avoir demandé à maintes reprises si ses partisans pouvaient tenir une soirée dans le même établissement sans obtenir de réponse.

M. Dunseith estime pour sa part que M. Kenney a décidé de « tester » les limites des règles du parti et que ses arguments sur le manque de clarté sont inadmissibles.

« J'espère que c'est une leçon pour tous les candidats que nous prenons l’application de ces règles au sérieux », soutient la présidente du Parti progressiste-conservateur, Katherine O’Neil.

De son côté, le directeur des communications de la campagne de Jason Kenney, Blaise Boehmer, se dit déçu que le Parti progressiste-conservateur ait à organiser un nouveau scrutin pour désigner les 15 délégués de la circonscription d’Edmonton-Ellersliequi qui choisiront le prochain.

Cette nouvelle controverse impliquant Jason Kenney survient deux semaines après que Sandra Jansen, ancienne candidate dans la course, eut affirmé que des membres du camp « pro-Kenney » l'ont intimidé et harcelé.

La semaine dernière, la députée de la circonscription de Calgary-Nord-Ouest a pris la décision de quitter le Parti progressiste-conservateur pour se joindre au gouvernement NPD de Rachel Notley.

Plus d'articles