Retour

Le Parti québécois doit se « reconnecter avec la jeunesse », concède Lisée

Le Parti québécois doit se reconnecter « avec la jeunesse, la diversité et les milieux de l'entreprise », affirme son chef Jean-François Lisée, après avoir pris connaissance d'un rapport préliminaire que lui a soumis son conseiller spécial Paul Saint-Pierre Plamondon.

Mandaté pour « repenser et relancer » la formation souverainiste, et plus particulièrement pour y attirer les jeunes de moins de 40 ans, l’ex-candidat à la direction du parti a notamment conclu dans son rapport Oser repenser le PQ que le parti est perçu comme « figé, conservateur et vieillissant ».

« On en a eu pour notre argent! », a lancé M. Lisée aux journalistes dans les corridors de l’Assemblée nationale, après avoir rappelé qu’il s’agissait pour M. Saint-Pierre Plamondon de mener un « exercice de franchise et de lucidité » visant à déterminer les reproches des Québécois envers le parti.

« Il y a des choses qu’ils [les jeunes] nous reprochent qui sont de vraies perceptions, de fausses perceptions. Il y a des vérités qui dérangent. Il y a des choses qu’on s’est mal exprimées. Il y a des réformes à faire », a résumé d’un trait M. Lisée, qui était accompagné pour l’occasion de l’auteur du rapport.

« Il y a des choses croustillantes, dérangeantes, et beaucoup de propositions pour assurer la reconnexion du Parti québécois avec la jeunesse, la diversité et les milieux de l’entreprise », avant d’inviter les gens à se rendre sur son site Internet personnel pour en prendre connaissance. Il est cependant demeuré avare de détails sur les mesures précises qu'il compte mettre en oeuvre.

S’il reconnaît que le parti « n’est pas suffisamment connecté » avec la jeunesse, M. Lisée relativise tout de même la portée des conclusions. Avec 13 000 membres de moins de 40 ans, dit-il, le PQ en compte trois fois plus que le Parti libéral. Cela représente aussi plus de membres que la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

Donc, on est davantage connecté sur la jeunesse que les autres partis du Québec, mais le poids relatif des jeunes à l’intérieur du plus grand parti au Québec n’est pas suffisamment grand et il faut ouvrir.

Jean-François Lisée

Paul Saint-Pierre Plamondon, qui formule pas moins de 108 recommandations dans son rapport, s’est défendu de faire de l’âgisme. « Au contraire, dit-il, on veut garder tous les membres et on veut que tous les membres qui sont là depuis 30, 40 ans agissent comme mentors, mais demeurent au sein du Parti québécois. »

Selon lui, ce sont en fait des membres de longue date rencontrés dans le cadre de sa tournée qui lui ont fait part de leur volonté de « voir une prochaine génération porter le flambeau du destin national ». Ils veulent transmettre « tout leur savoir, leur expérience, mais aussi l’espoir » à des plus jeunes.

M. Saint-Pierre Plamondon estime que les jeunes Québécois veulent « réinventer la façon de s’impliquer en politique », afin que le processus soit « plus créatif et plus dynamique », alors que le PQ est perçu comme un parti ayant une « structure rigide », dans lequel ils ne sont pas certains de se reconnaître.

Il assure que le Parti québécois va s’appliquer à résoudre ces problèmes de perception. « On va essayer ces solutions, on va créer du mouvement, une relance au sein du Parti québécois », soutient-il. « C’est en étant transparent dans le processus qu’on va générer du changement. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine