Retour

Le Parti québécois souhaite être le parti des régions

Le Parti québécois a profité du passage du whip, Sylvain Gaudreault, pour lancer sa campagne électorale en Abitibi-Témiscamingue. Le PQ se présente comme le parti des régions en mettant l'accent sur trois priorités: Vivre, travailler et décider en région.

Un texte de Jean-Marc Belzile

Le parti politique veut lutter contre la décroissance démographique et la pénurie de main-d'oeuvre en attirant 25 % des immigrants dans les régions du Québec.

Selon Sylvain Gaudreault, le parti libéral des quatre dernières années a été le plus centralisateur depuis la Révolution tranquille. Il souhaite donc redonner du pouvoir aux régions. « Il faut que chaque région ait une instance de concertation, affirme-t-il. On ne veut pas arriver avec quelque chose qu'on va imposer à partir de Québec. On va plutôt dire aux régions, "réunissez-vous, trouvez une belle instance de concertation avec les élus municipaux, avec la société civile et les institutions comme l'UQAT en Abitibi-Témiscamingue." »

Le PQ souhaite faire élire trois candidats dans la région

Les trois candidats du Parti québécois lors des prochaines élections étaient présents pour l'occasion. Ils ont mentionné l'importance pour eux d'avoir un député qui travaille pour la région à Québec et non un porte-parole de Québec dans la région.

Élizabeth Larouche du comté d'Abitibi-Est a promis l'installation de bornes de recharge pour les véhicules électriques dans la Réserve faunique La Verendrye.

La santé est aussi sa priorité. « Je pense que ce qui est plus important, dans un premier temps, c'est de réinvestir dans la santé, pour avoir plus de gens pour remplacer et aider les gens qui sont là présentement. Ils sont épuisés, alors on doit ajouter du personnel », considère-t-elle.

Gilles Chapadeau, candidat dans le comté Rouyn-Noranda-Témiscamingue dit entendre sur le terrain que les gens de la région veulent du changement. « On est à la Place de la citoyenneté et de la coopération, c'est symbolique, mais c'est le message qu'on souhaitait passer. On veut nous que les gens soient consultés davantage, qu'ils prennent part aux décisions », dit-il.

Sylvain Vachon, d'Abitibi-Ouest, souhaite être un digne successeur de François Gendron en étant très actif sur le terrain. Vivre, travailler et décider en région sont des thèmes qui lui tiennent à coeur.

« Ce sont des thèmes qui nous parlent, qui parlent aux gens qui souhaitent rendre notre région, notre territoire, plus vivant et plus dynamique ».

Plus d'articles