Retour

Le Parti vert : plus qu'un feu de paille à l'Île-du-Prince-Édouard?

À un an et demi des prochaines élections provinciales à l'Île-du-Prince-Édouard, le paysage politique change. Si les libéraux du premier ministre Wade MacLauchlan sont toujours en avance, un concurrent inattendu pourrait jouer les trouble-fêtes : le Parti vert.

Un texte de Julien Lecacheur

Peter Bevan-Beker est devenu le tout premier député vert de l'Île-du-Prince-Édouard, le 4 mai 2015, en remportant la circonscription de Kellys-Cross-Cumberland. Deux ans plus tard, le chef du parti n'a pas oublié cette immense surprise, qui tient du miracle selon lui.

Depuis, beaucoup de choses ont changé pour le Parti vert. D'abord unique député, Peter Bevan-Baker a été rejoint en décembre dernier par Hannah Bell.

Élue avec plus de 35 % des voix devant les libéraux et les conservateurs dans le district de Charlottetown-Parkdale, son élection a démontré que les verts s'imposent dans le paysage politique de l'île et qu'ils ont aujourd'hui leur mot à dire.

Des sondages favorables au Parti vert

Aujourd'hui, les attentes à l'égard du Parti vert sont élevées. Considéré comme un parti marginal à ses débuts, le groupe politique gagne en popularité. Certains prédisent même que les verts pourraient former l'opposition officielle après les prochaines élections.

Peter McKenna, le doyen de la faculté des sciences politiques à l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard n'est pas surpris par cet intérêt grandissant pour les verts. Il croit que les insulaires veulent du changement.

Peter MacKenna ajoute que Peter Bevan Baker est à l'origine de la popularité des verts. Le dernier sondage l'a démontré : il devançait le premier ministre Wade MacLauchlan comme chef préféré des Prince-Édouardiens.

Carol Carragher partage le point de vue de Peter McKenna. Cette résidente de Cumberland, une petite communauté située à 25 kilomètres à l'ouest de Charlottetown, a voté toute sa vie pour les libéraux et les conservateurs. Mais elle a décidé de voter pour le Parti vert à partir de 2012, en grande partie à cause de la personnalité de Peter Bevan-Baker, le député de sa circonscription.

De son côté, Peter Bevan-Baker est déterminé à changer la politique à l'île. Il assure aussi que les verts seront prêts en 2019 à répondre aux attentes des insulaires. Il explique que son parti proposera des idées issues des valeurs traditionnelles de l'île.

La popularité des verts sera mise à l'épreuve lors des prochaines élections provinciales prévues en 2019 . Le premier ministre Wade MacLauchlan pourrait d'ailleurs déclencher des élections dès cette année pour éviter qu'elles se tiennent en même temps qu'une campagne électorale fédérale.

Ce n'est pas un scénario que privilégient les verts, mais s'il se concrétise, ils seront prêts, assure Peter Bevan-Baker.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chien refuse qu'on le prenne en photo





Rabais de la semaine