Retour

Le PLQ rejette la candidature d'un transfuge de la CAQ soupçonné d'avoir dérobé des documents

La ministre de l'Économie du Québec, Dominique Anglade, a indiqué que Frédéric Schautaud, un ancien recherchiste de la Coalition avenir Québec (CAQ), « ne faisait plus partie d'un processus d'embauche ». Frédéric Schautaud, qui a récemment démissionné de son poste à la CAQ pour rejoindre le Parti libéral du Québec (PLQ), est soupçonné par son ex-employeur d'être parti avec des documents confidentiels.

Guillaume Simard-Leduc, un porte-parole de la CAQ, a d'ailleurs fait savoir mercredi qu'une mise en demeure avait été déposée contre M. Schautaud, afin qu'il précise ce qu'il a apporté avec lui en quittant son emploi.

Des analyses de projets de loi, des mots de passe de bases de données, des notes internes détaillant le fonctionnement de l'aile parlementaire sont au nombre des documents « hautement confidentiels » et « hautement stratégiques » cités par la mise en demeure.

La ministre Anglade, qui avait défendu la candidature de M. Schautaud plus tôt aujourd'hui, s'est rétractée, affirmant qu'elle avait « sous-estimé la gravité des gestes posés » par l'ancien recherchiste. Elle a également annoncé que le processus d'embauche avait été interrompu.

Questionné sur cette affaire, en marge d'une conférence de presse sur la réforme de l'aide sociale, le premier ministre Philippe Couillard s'est quant à lui fait avare de commentaires.

Sans jamais mentionner le nom de Frédéric Schautaud, le premier ministre s'était contenté d'affirmer que la « personne avait écrit une lettre pour reconnaître qu'il s'agissait d'une erreur », que « les informations n'avaient pas été partagées avec quiconque » et que le processus d'embauche « se poursuivait ».

M. Simard-Leduc a confirmé que Frédéric Schautaud avait présenté ses excuses à la CAQ, à la suite de la réception de la mise en demeure, et qu'il s'était engagé à répondre aux demandes.

Plus d'articles

Commentaires