Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, espère que le budget fédéral laissera une marge de manoeuvre suffisante pour permettre aux plus petites provinces et aux communautés locales de tirer le meilleur parti des nouveaux investissements dans les infrastructures.

Selon Brian Gallant, Ottawa doit absolument reconnaître que les besoins en infrastructures des plus petites provinces et des communautés locales sont très différents de ceux des grands centres.

M. Gallant a indiqué lundi qu'il avait déjà discuté de cette question avec le premier ministre Justin Trudeau et plus récemment encore avec des ministres fédéraux de la région, lors d'une rencontre à Fredericton.

« Je suis convaincu, considérant la campagne et qu'est-ce que le gouvernement Trudeau a dit depuis qu'ils sont au pouvoir que ça sera un budget concentré sur sur la croissance », a déclaré M. Gallant. 

Alors que son homologue de l'Alberta, Rachel Notley, souhaite déjà des investissements de 1 milliard de dollars d'Ottawa dans les infrastructures de sa province, M. Gallant n'a pas voulu chiffrer ses attentes face au premier budget Morneau déposé mardi.

Il se dit par ailleurs en accord avec la stratégie budgétaire du gouvernement fédéral, qui souhaite investir massivement pour relancer et soutenir l'économie canadienne, au risque d'afficher des déficits annuels beaucoup plus importants que prévu.

Selon le premier ministre libéral du Nouveau-Brunswick, les mesures d'austérité imposées par les conservateurs de Stephen Harper ont permis au gouvernement fédéral de refiler aux provinces le fardeau budgétaire de certaines de ses responsabilités, ce qui a nui à leurs finances et à leur économie.

Avec les informations de Michel Nogue et La Presse Canadienne

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine