Retour

Le PQ dévoilera sa plateforme électorale plus vite qu'à l'habitude

À la traîne dans les sondages, le Parti québécois compte reprendre l'initiative en dévoilant sa plateforme électorale trois mois avant le déclenchement de la campagne qui culminera avec le scrutin du 1er octobre prochain.

Un texte de Hugo Lavallée, correspondant parlementaire à Québec

La présentation d'une plateforme électorale a habituellement lieu dans les jours suivant le déclenchement de la campagne, mais le PQ a décidé cette année de hâter le pas en dévoilant dès la fin du mois de mai l'ensemble de ses engagements.

« Ça va être vraiment l'occasion de pouvoir présenter notre plan en santé, par exemple, notre plan en éducation... de montrer aux Québécoises et aux Québécois qu'on a réfléchi et qu'on a des idées et des solutions à proposer », explique la présidente du parti, Gabrielle Lemieux, en entrevue à Radio-Canada.

Le Parti québécois espère ainsi prendre ses adversaires de court, mais surtout, faire la démonstration qu'il est le plus apte à remplacer les libéraux au pouvoir.

« On est confiant que, lorsque la population pourra prendre connaissance en détail de ces idées-là [...] elle verra vraiment ce que le Parti québécois a à offrir. »

La plateforme devra être adoptée par les militants péquistes lors de leur prochain conseil national, prévu les 26 et 27 mai prochains à Drummondville. Elle ne devrait pas réserver de grande surprise à ceux qui ont suivi attentivement les travaux du congrès du Parti québécois, en septembre dernier. L'accent sera mis sur les services publics et sur la nécessité d'avoir « un État fort ».

« Les coupes du régime libéral depuis 15 ans ont fait en sorte que l'État est vraiment affaibli en ce moment et ne peut pas répondre aux besoins qui sont très importants chez la population, donc nous on veut absolument pouvoir rétablir ce niveau de service là, mais des services de qualité, des services accessibles », explique Gabrielle Lemieux.

La présidente du PQ ne croit pas que le parti se privera de munitions, durant la prochaine campagne électorale, en dévoilant dès maintenant ses engagements.

« Je ne pense pas que ce soit risqué, au contraire. Aller de l'avant dès maintenant montre toute notre volonté d'entrer en dialogue avec les électeurs. [...] Nos candidats et nos candidates vont être sur le terrain tout l'été, à la rencontre des gens, que ce soit lors des pique-niques, des barbecues, des épluchettes... C'est sur la base de nos idées qu'on veut proposer un projet de société aux Québécoises et aux Québécois, donc, c'est pour ça qu'on est très très enthousiastes de présenter notre plateforme dès le mois de mai cette année », explique Mme Lemieux.

Par contre, le PQ ne présentera pas au même moment un cadre financier détaillé de ses engagements. Il attendra d'abord que la vérificatrice générale dépose, pour la première fois, un rapport préélectoral sur l'état des finances publiques avant le déclenchement des élections. La publication de ce bilan est prévue le 20 août prochain.

Aux dernières nouvelles, ni le Parti libéral ni la Coalition avenir Québec ni Québec solidaire n'avaient l'intention de dévoiler leur plateforme électorale dans l'immédiat.

En 2002, le chef libéral Jean Charest, alors dans l'opposition, avait lui aussi rompu avec la tradition en dévoilant plusieurs mois à l'avance le programme électoral de son parti. Le document intitulé « Un gouvernement au service des Québécois » contenait 50 engagements qui avaient subséquemment été détaillés dans des documents thématiques.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine