Retour

Le PQ et la CAQ exigent la démission de la présidente de la Commission des droits de la personne

Le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) ont tous deux réclamé, mardi, le départ de la présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), Tamara Thermitus.

Ils ont fait cette annonce après que la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, eut rendu public un rapport sur la situation à la commission, lors de l'étude des crédits budgétaires de son ministère.

Selon l'auteure du rapport, l'ancienne sous-ministre Lise Verreault, Mme Thermitus a un style de gestion qui « a tendance à créer de la résistance et de la démobilisation pour le personnel ».

Elle n'aurait pas la capacité de « réaliser ces changements importants et redresser la situation » au sein de l'organisation.

C'est un rapport « dur », a constaté la vice-chef du PQ, Véronique Hivon, qui, avec le député caquiste Simon Jolin-Barrette, a promptement demandé la démission de Tamara Thermitus.

La ministre de la Justice a déposé le rapport Verreault en Chambre mardi après-midi, pour que tous les députés puissent en prendre connaissance et en discuter.

Mme Thermitus, qui a été nommée présidente de la CDPDJ en février 2017 par l'Assemblée nationale, se trouve au cœur d’une controverse.

Depuis la fin août, plusieurs employés ont accusé, anonymement, la présidente d'abus d'autorité, de mauvaise gestion et d'attitude irrespectueuse.

Tamara Thermitus fait d'ailleurs l'objet d'une enquête du Protecteur du citoyen.

Elle est en arrêt de travail depuis octobre dernier.

Une expérience « limitée » en gestion

Le rapport Verreault révèle que depuis l’entrée en fonction de Tamara Thermitus à la présidence de la commission, elle a été exposée à plusieurs « difficultés », notamment en raison de « l’état de désorganisation de la CDPDJ ».

Tamara Thermitus reconnaît avoir été choisie « pour son expérience en matière de droits de la personne et non pour son expérience limitée en gestion ». Elle révèle aussi n’avoir suivi qu’un cours de formation en gestion.

Le rapport Verreault conclut notamment que Mme Thermitus « ne pourra […] développer suffisamment rapidement les compétences de gestion nécessaires aux changements structurants dont la CDPDJ a urgemment besoin ».

C’est d’ailleurs pourquoi il recommande « que le poste à la présidence soit occupé avant tout par un gestionnaire chevronné » afin de redresser la situation.

Une pièce manquante, selon la ministre Vallée

Interrogée par Véronique Hivon à savoir si elle avait perdu confiance en la présidente de la commission et si elle juge qu’elle doit quitter ses fonctions, la ministre Vallée a répondu : « Le statut de la présidence ne relève pas que de ma décision, mais de notre décision collective. »

Stéphanie Vallée veut aussi attendre la publication de l’enquête du Protecteur du citoyen avant de prendre une décision au sujet de la CDPDJ.

Questionnée sur une possible destitution, la ministre reste prudente.

« Il y a des éléments qui méritent qu’on ait une réflexion », a-t-elle expliqué lors d’une mêlée de presse. « Il y a des éléments aussi [procéduraux]. Vous me parlez d’un processus de destitution, ça ne s’est jamais vu à l’Assemblée nationale. La Charte ne prévoit même pas le mécanisme. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine