Le Parti québécois veut « mettre fin à la culture du racket chez Revenu Québec ». C'est un élément qui ressort du document synthèse de la tournée Priorité PME menée au cours des deux dernières années par trois députés du PQ. Alain Therrien, Mireille Jean et Martin Ouellet dévoileront leurs propositions mardi.

Un texte de Sébastien Bovet, chef du Bureau parlementaire à Québec

Revenu Québec « trône en tête du top 10 des ministères et organismes les plus redoutés pour sa bureaucratie excessive », écrivent les députés.

Ils laissent entendre que l’excès de zèle des fonctionnaires, à qui le gouvernement impose des objectifs de rendement, nuit aux entreprises.

Le PQ s’engage donc à « assurer un équilibre entre le rôle nécessaire de Revenu Québec et la santé des PME du Québec ».

L’autre mesure phare de la proposition péquiste est de modifier la loi pour obliger les grandes entreprises à payer leurs sous-traitants ou fournisseurs, la plupart du temps des PME, dans un délai de 30 jours.

Cela permettrait d’éviter aux PME d’être à la merci des grandes entreprises alors qu’elles ont fait des dépenses importantes pour honorer leurs contrats, estiment les députés.

Le mandat d'Investissement Québec

Le Parti québécois s’engage aussi à recentrer la mission d’Investissement Québec. Il juge que l’organisme concurrence trop souvent le secteur privé dans ses investissements.

Investissement Québec devrait notamment financer des projets rejetés par les banques pour qu’une complémentarité s’installe entre les investissements publics et privés.

Le PQ revisiterait également le principe du plus bas soumissionnaire. Il ajouterait « des critères qui récompensent l’innovation, y compris les nouvelles technologies ».

Finalement, l’allégement réglementaire relèverait directement du bureau du premier ministre.

« Le gouvernement du Parti québécois créera une équipe de choc, composée de hauts fonctionnaires et de représentants de PME, qui sera pilotée par un ministre délégué aux PME relevant directement du premier ministre », propose-t-on.

Plus d'articles