Retour

Le premier ministre manitobain critiqué pour des propos « racistes » et « répugnants »

Des militants autochtones et des membres de l'opposition réclament des excuses du premier ministre manitobain à la suite de commentaires récents parus dans un article du magazine Macleans. Nahanni Fontaine et Wab Kinew qualifient les derniers propos formulés par Brian Pallister comme étant « racistes », « répugnants » et « incendiaires ».

Le reportage publié jeudi dans le magazine Macleans donne un aperçu de la résidence de Brian Pallister au Costa Rica. L'article aborde également le sujet controversé de la chasse nocturne au Manitoba, un sujet qui avait fait réagir la semaine dernière lorsque M. Pallister l’avait qualifié de « guerre de race ».

Les commentaires de Brian Pallister, rapportés dans Macleans, suscitent encore une fois des réactions de militants autochtones et de membres des partis politiques.

« Les jeunes hommes autochtones - dont une prépondérance sont des délinquants avec des antécédents judiciaires - vont tirer à la carabine en pleine nuit. Cela n’a aucun sens », peut-on lire dans l’article signé par la journaliste Nancy Macdonald.

Nahanni Fontaine, député néo-démocrate de Point Douglas, a qualifié son choix de mots « d’absolument dégoûtant ».

C'est encore plus choquant quand ça vient d'un premier ministre peu importe la province.

Nahanni Fontaine, député néo-démocrate de Point Douglas

Selon elle, les jeunes Autochtones sont de plus en plus engagés dans divers groupes et secteurs. Ils sont de plus en plus nombreux à fréquenter les universités.

À son avis, ce propos stéréotype « violemment » une proportion importante de la population du Manitoba.

Ce commentaire souligne à quel point Brian Pallister est complètement à part des gens qu'il prétend représenter. Comment voulez-vous qu’il constate ce qui se passe quand il n’est jamais ici, quand il passe son temps au Costa Rica.

Nahanni Fontaine, député néo-démocrate de Point Douglas

Le député néo-démocrate pour la circonscription de Fort Rouge, Wab Kinew, abonde dans le même sens que sa collègue.

« Ces commentaires sont racistes et irresponsables », a-t-il écrit dans un courriel jeudi soir. « Cette question est devenue plus vaste qu'un débat sur les droits de chasse nocturne. »

Apprendre pour mieux comprendre

En plus d’excuses publiques, Wab Kinew aimerait que le premier ministre s’engage à suivre une formation sur les cultures des Premières Nations comme recommandé par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

L’activiste et professeure en études autochtones à l'Université de Winnipeg, Leah Gazan, recommande également à M. Pallister de s’éduquer sur les droits liés aux traités du Manitoba et sur les traditions des Premières Nations. Elle ajoute que ces commentaires sont extrêmement décevants, surtout en cette période de réconciliation.

« C’est clairement raciste. Vous ne pouvez pas prendre tout un groupe de personnes, faire ce genre de déclarations avec toutes sortes de stéréotypes et penser que c'est correct lorsque vous êtes le premier ministre du Manitoba », articule-t-elle.

« Ces commentaires sont choquants et effrayants », indique pour sa part la députée manitobaine néo-démocrate de la circonscription fédérale de Churchill-Keewatinook Aski, Niki Ashton, qui accepte mal que « le premier ministre du Manitoba fasse des commentaires racistes sur les Autochtones » de sa province à partir de sa résidence au Costa Rica.

Par ailleurs, elle souhaite que les Canadiens comprennent que Brian Pallister ne parle pas au nom des Manitobains.

Le grand chef Jerry Daniels du regroupement Southern Chiefs Organization in Manitoba, une organisation de revendications politiques, a invité Brian Pallister à participer à une chasse nocturne « afin de mieux comprendre nos traditions culturelles et de chasse » avait-il lancé en début de semaine sur son compte Facebook.

« Nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour réparer les relations avec les Autochtones au Manitoba », lance la porte-parole du Parti libéral du Manitoba, Johanna Wood.

Nous attendons encore des excuses pour le commentaire de la "guerre de race".

Johanna Wood, porte-parole du Parli libéral du Manitoba

Avec les informations d’Erin Brohman, CBC News

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine