Retour

Le président de la CAQ se retire de l'entreprise Techbanx

Le président de la Coalition Avenir Québec (CAQ) et candidat dans La Prairie, Stéphane Le Bouyonnec, quitte le conseil d'administration de la firme informatique Techbanx qui développe des algorithmes permettant d'évaluer le crédit et de faciliter le processus de prêt.

M. Le Bouyonnec en a fait l’annonce ce matin par voie de communiqué, après la publication dans le Journal de Montréal d’un article l'associant à une entreprise qui fait du prêt privé à très hauts taux d'intérêts à l'extérieur du Québec.

Sur les ondes de RDI, Stéphane Le Bouyonnec a expliqué que les produits de son entreprise, qui elle-même ne fait pas de prêts, sont notamment utilisés par la compagnie de prêts privés iCash. Or, précise-t-il, cette dernière opère en toute légalité dans six provinces canadiennes.

Rappelons qu’au Québec, il est interdit par la loi de prêter légalement de l’argent à un taux d’intérêt supérieur à 35 %, ce qui n’est pas le cas ailleurs au pays.

Mais bien que les activités de Techbanx et iCash soient légales au Canada, à titre de candidat et de président de la CAQ, il devenait difficile pour lui de justifier sa position.

Son parti a en effet appuyé récemment des amendements législatifs pour empêcher les prêts à hauts taux d’intérêts au Québec.

Cette décision survient à quelques semaines du déclenchement des élections alors que son parti caracole en tête des sondages.

« Techbanx opère en toute légalité dans plusieurs provinces canadiennes et n’a aucune activité au Québec, écrit-il. Mais, l’Assemblée nationale vient d’adopter une loi qui fait en sorte que ces activités, menées ailleurs au Canada, seraient dorénavant impossibles au Québec. »

Reconnaissant qu’il pourrait subsister des doutes dans l’opinion publique sur les intentions et les valeurs de la CAQ s’il continuait d’occuper ses fonctions chez Techbanx, Stéphane Le Bouyonnec a annoncé qu’en plus de quitter ses fonctions à la présidence du conseil d’administration de Techbnax, il entamera dès maintenant les démarches nécessaires pour se départir de la totalité de ses actions dans cette compagnie qui compte une quinzaine d’actionnaires.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine