Régis Labeaume met le projet de construction d'une nouvelle centrale de police dans le secteur Lebourgneuf « sur la glace » en raison des dépassements de coûts.

Un texte de Louis Gagné

« Le projet de centrale de police est arrêté, est stoppé, parce que là, ça ne fonctionne plus, OK? […] Dans l'état actuel des choses, on approche le 80 millions. C'est pour ça qu'on a tout gelé », a déclaré le maire de Québec mardi.

M. Labeaume a indiqué qu’il consacrerait les prochains mois à étudier différentes hypothèses pour réduire les coûts du projet, y compris celle d’un nouveau terrain.

La relocalisation de la centrale de police du parc Victoria et de la Cour municipale en deux sites distincts devait au départ coûter 40,75 millions de dollars. À la suite de l’étude des besoins détaillés, la facture est montée à 72 millions.

Cette explosion des coûts est d’ailleurs à l’origine du départ de Jonatan Julien d’Équipe Labeaume. Il a claqué la porte du comité exécutif après que le maire l’eut montré du doigt pour les ratés du projet.

Depuis le départ de Jonatan Julien, Régis Labeaume a pris le dossier sous sa responsabilité.

Information cachée?

De son côté, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin, a accusé Régis Labeaume d’avoir attendu la fin de la campagne électorale pour dévoiler les dépassements de coûts de la future centrale de police.

Il a rappelé que dans son allocution de jeudi dernier, Jonatan Julien avait affirmé que le maire était au courant du gonflement de la facture depuis le début de l’année 2017.

« Là, ce qu’on a appris, c’est que le maire, pendant neuf mois, pendant une élection aussi, a caché l’information que les coûts avaient explosé pour le projet de la centrale de police de Québec. Ça, c’est très préoccupant », a dénoncé le chef de Québec 21.

Régis Labeaume a refusé de commenter cette information, et ce, malgré les questions répétées des journalistes.

« On reviendra là-dessus éventuellement. Je ne reviendrai pas en arrière. Le problème, c'est que je suis maire et que je dois diriger la Ville, on n'a pas le même métier », s’est-il contenté de répondre.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine