Retour

Le projet de loi sur la légalisation du cannabis bientôt adopté aux T.N.-O.

Après des mois de consultations et de débats, le projet de loi pour encadrer la légalisation du cannabis dans les Territoires du Nord-Ouest a passé une autre étape avant d'être adopté par l'Assemblée législative.

Un texte de Mario De Ciccio

Lors d'un long débat à l’Assemblée législative, un groupe de députés a tenté, sans succès, de pousser pour une pleine privatisation de la vente du cannabis dès l'entrée en vigueur de la légalisation.

Le projet de loi 6 donne au ministre des Finances la tâche d’octroyer les permis de vente. Le gouvernement avait toutefois répété à plusieurs reprises qu'il voulait limiter la distribution de permis aux magasins d’alcool déjà existants pour les premiers deux ans.

Le Comité chargé d’examiner le projet de loi a tenté avec une motion d’obliger le ministre des Finances à considérer chaque application pour un permis de vente.

La motion n’est pas passée, mais dans une autre motion, le gouvernement s’est engagé à créer, d’ici 6 mois, les critères pour déterminer quelles sortes de magasins sont d’intérêt public.

Devant le mécontentement de certains députés, le ministre de la Santé Glenn Abernethy a promis que son gouvernement permettrait la privatisation de la vente après les 6 mois.

Selon le Comité permanent, la privatisation de la vente est importante pour permettre le libre marché dans les grandes communautés, mais aussi pour permettre aux petites communautés sans magasin d’alcool d'ouvrir leurs propres magasins, pour en gérer les revenus.

Selon le député de Tu Nedhé - Wiilideh, Tom Beaulieu, si le cannabis n’est pas disponible chez eux, les résidents des communautés isolées se tourneront vers le marché noir, plutôt que de commander leur cannabis en ligne ou de faire le voyage vers une autre municipalité.

Vendre l’alcool et le cannabis ensemble

Le même groupe de députés a aussi tenté de rajouter un amendement pour forcer les magasins d’alcool qui vendront du cannabis de garder les substances séparées avec deux portes d’entrée distinctes.

Les députés ont apporté la motion en se basant sur une des conclusions du Groupe de travail sur la légalisation du cannabis qui recommande de ne pas vendre le cannabis avec l’alcool.

L’amendement n’a pas été adopté.

Le projet de loi passe ainsi à la troisième et dernière lecture devant l'Assemblée législative, vendredi, où il devrait être adopté sans trop de débats.

Plus d'articles