Retour

Le projet de loi sur les armes à feu du fédéral est mal accueilli en Saskatchewan

La présentation du projet de loi fédéral concernant les armes à feu déplaît à plusieurs Saskatchewanais. Le gouvernement fédéral veut une meilleure vérification des antécédents des acheteurs et encadrer plus rigoureusement le transport des armes ainsi que leur classification.

Même s'il n'est pas question d'instaurer à nouveau le registre des armes à feu, aboli par le gouvernement conservateur en 2012, ce projet de loi est inutilement contraignant selon plusieurs Saskatchewanais.

Un projet de loi inutile, pour certains

Dallas Ostrom est fermier de la région de Saskatoon. Il a plusieurs armes à feu. Selon lui, la loi fonctionne bien et le processus pour accéder à un permis est déjà très ardu.

Dallas Ostrom croit que le projet de loi du gouvernement de Justin Trudeau a des visées politiques, mais ne changera rien aux problèmes de criminalité. Il préférerait voir l’argent alloué à ce projet de loi être directement investi dans la lutte contre la criminalité.

En revanche, il approuve la nouvelle règle selon laquelle les demandeurs atteints de maladies mentales seront scrutés.

Jarrod Sharp détient un permis de port d'armes depuis deux ans pour des activités sportives. D'après lui, plus de restrictions en matière d'achat d'armes restreignent la capacité des gens à profiter de leurs loisirs. « Ça ne fait qu’entacher le passe-temps de certaines personnes qui veulent occuper leur temps d’une façon positive », estime-t-il.

Trop de contrôle des forces de l’ordre, pour d’autres

Le propriétaire de T & T Gun Works à Regina, Darryl Schemenauer, s’inquiète du pouvoir de classification des armes à feu qu’aura la Gendarmerie royale du Canada.

Le vendeur d’armes à feu croit que la police fédérale pourra choisir de restreindre l'achat de certaines armes en déterminant leur classification.

Lui aussi est convaincu que le gouvernement fédéral gaspille de l'argent avec ce projet de loi.

Plus d'articles