Le projet de transport structurant présenté vendredi dernier par le maire de Québec, Régis Labeaume, est vu d'un bon oeil par plusieurs maires de la banlieue. Ils y voient des avantages pour leurs municipalités.

Un texte de Jean-François Nadeau

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, est convaincu que le projet de 3 milliards de dollars sera bénéfique pour les citoyens de l'ensemble de la région, qu'ils utilisent ou non le transport collectif.

« Ce qu'il faut, ultimement, c'est que la personne qui perd présentement une heure dans le trafic le matin pour aller travailler à Québec, qu'elle ne perde plus une heure, que ce soit en voiture ou en transport en commun. Si le transport en commun fonctionne mieux, il va y avoir moins de voitures dans le chemin. Je pense que la base est très bonne », explique Sylvain Juneau.

Le préfet de la MRC de la Jacques-Cartier et maire de Lac-Beauport, Michel Beaulieu, croit que le projet est très impressionnant. « J'ai été emballé par la présentation. On ne peut pas être en désaccord. Ça vient bonifier l'offre de transport collectif, mais surtout, ça structure beaucoup, beaucoup mieux la grande région de Québec. »

Le préfet de la MRC de la Côte-de-Beaupré, Pierre Lefrançois, est aussi en faveur du projet de transport structurant. Il pense qu'à terme, ça va avoir pour effet de bonifier l'offre de service de transport en commun sur la Côte-de-Beaupré.

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, n'a pas répondu à nos appels.

Interconnexion

Le tramway doit se rendre au nord, jusqu'au boulevard Louis-XIV, et à l'ouest, dans le secteur Le Gendre. Les deux maires veulent maintenant planifier l'interconnexion entre leurs municipalités.

« On a signifié qu'on avait des besoins, mentionne Sylvain Juneau. On a signifié qu'il fallait bonifier l'offre au parc industriel, notamment pour les quarts de soir. Ce que je comprends, c'est que la suite, on va la définir ensemble, avec le Réseau de transport de la Capitale. »

Michel Beaulieu souligne que l'interconnexion pourrait se faire à la hauteur de la rue de la Faune.

« L'automne dernier, on a présenté un mémoire au RTC. On a déjà quand même des pistes d'ouverture. On sait que l'objectif est de doter le nord d'endroits d'interconnexion », affirme-t-il.

Financement

En attendant, la MRC de la Jacques-Cartier souhaite que le gouvernement du Québec double la subvention qui lui est versée pour le transport collectif.

Pour l'instant, la municipalité régionale de comté (MRC) reçoit 275 000 $ par année. L'un des problèmes, c'est qu'elle est considérée comme une MRC périurbaine, mais elle reçoit les sommes consenties à une MRC rurale.

Le préfet Michel Beaulieu s'attend à voir une bonification dans le prochain budget du gouvernement du Québec.

« J'en ai parlé avec le ministre des Finances, Carlos Laetao, et je suis confiant », soutient-il.

Facture

Pendant que la question de la quote-part est toujours devant les tribunaux, le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, ne croit pas que le projet de transport structurant fera gonfler la facture de sa municipalité.

« Est-ce que ça va influencer notre quote-part? Si les coûts d'opération augmentent oui, mais ce n'est pas ce qu'on entend jusqu'à maintenant, dit Sylvain Juneau. Il y a beaucoup de choses encore qu'on ne connait pas, mais je n'ai pas lieu de m'inquiéter. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »