Retour

Le prolongement de la ligne bleue changera réellement la vie des Montréalais, promet le MTQ

Le prolongement de la ligne bleue à Montréal sera « probablement l'une des prochaines annonces majeures » du gouvernement Couillard, a indiqué mercredi le ministre des Transports, André Fortin.

Un texte de Romain Schué

« C’est un projet qui m’emballe », a clamé le ministre Fortin, en marge d’une conférence de presse sur les prochains investissements du MTQ sur l’île de Montréal.

Ces déclarations font suite à celles prononcées depuis quelques mois par différents membres du gouvernement provincial.

En janvier, lors de sa première rencontre officielle à Montréal avec la mairesse Valérie Plante, le premier ministre, Philippe Couillard, avait évoqué un « engagement indéfectible » de Québec à ce sujet. Cependant, aucun échéancier ni budget n’ont été avancés.

« On travaille avec le gouvernement fédéral pour s’assurer de la formule de financement », a précisé mercredi André Fortin. Ce financement sera par ailleurs annoncé durant la conférence de presse qui officialisera ce prolongement de la ligne bleue, a-t-il ajouté.

« On est en train de négocier avec le fédéral », a également signifié la députée de Jeanne-Mance-Viger, Filomena Rotiroti, présente aux côtés du ministre.

Cinq stations attendues

Ce prolongement d'environ 6 km permettrait à la ligne bleue d’avoir cinq nouvelles stations, dans l’est de Montréal, et de se rendre jusqu’à Anjou. Une telle idée avait été mise en avant dès 1979 par Québec.

Mais cette fois-ci, le gouvernement ira au bout, a résumé le ministre Fortin. Des « travaux préparatoires » pour exproprier des terrains vont « commencer […] très rapidement », a-t-il précisé.

Ces propos ont été jugés « très encourageants » par la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

« Nous attendons avec impatience la conclusion de l’entente entre Québec et Ottawa afin que ce projet tant attendu puisse être lancé rapidement », a-t-elle affirmé, dans une déclaration transmise à Radio-Canada.

Des travaux coordonnés avec le SRB-Pie-IX

Si André Fortin est resté muet concernant une date pour entreprendre ce vaste chantier et l’inauguration de cette nouvelle ligne bleue, il a néanmoins précisé que les travaux seraient « arrimés » à ceux du SRB-Pie-IX.

Ce projet de service rapide par bus permettra de relier Laval et Montréal, à travers le boulevard Pie-IX. Cette ligne comptera 17 stations, réparties sur 11 km. Selon les plans déjà publiés, sa construction devrait débuter cet automne et sa mise en service est attendue pour l’automne 2022.

« On veut s’assurer que les deux [les travaux pour le SRB-Pie-IX et la ligne bleue] sont bien coordonnés, pour que l’utilisateur, le jour où il mettra le pied dans une station de la ligne bleue, il puisse s’assurer d’un transfert vers le SRB-Pie-IX », a expliqué le ministre des Transports, qui souhaite un « système complet » à la disposition des usagers.

Des détails attendus

Ces nouvelles déclarations ont ravi la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM).

« On est de plus en plus impatient. C’est un projet qui fait consensus à travers l’ensemble des partis, des paliers gouvernementaux et administratifs. On est prêt pour recevoir cet investissement qui sera fait au bénéfice des travailleurs, de la population et du développement économique dans l’Est », a déclaré Christine Fréchette, la présidente de la CCEM, jointe par Radio-Canada.

Ces propos sont soutenus par François Pépin, le président de Trajectoire Québec, une association qui défend le transport collectif dans la province. « On va dans le bon sens. Pour la première fois, on sent l'unanimité de tous les intervenants », a-t-il souligné.

Alors que le maire d'Anjou, Luis Miranda, s'était montré sceptique l'été passé quant aux avancées de ce projet, Christine Fréchette attend désormais des « détails » afin de lever les « incertitudes ».

« La confiance n’est pas totalement là », a-t-elle reconnu. « Antérieurement, on s’est fait jouer des tours avec des annonces qui n’ont pas eu de suite. On s’attend à ce qu’on nous arrive avec des engagements encore plus concrets. »

« On a eu assez de ballons d'essai. Il faut maintenant s'orienter vers un plan d'affaires final et une première pelletée de terre », a appuyé François Pépin. Ce dernier espère une inauguration en 2025.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine