Retour

Le Québec rend hommage à Claire Kirkland-Casgrain

Quelques centaines de personnes ont rendu un dernier hommage, samedi, à une pionnière de la politique québécoise, Claire Kirkland-Casgrain, à l'occasion de ses funérailles nationales, célébrées à Montréal. Plusieurs dignitaires de la scène politique provinciale et fédérale étaient présents, dont les ex-premiers ministres du Québec Jean Charest et Pauline Marois.

Les obsèques de celle qui a été la première femme élue à l'Assemblée nationale, la première femme ministre et la première femme juge au Québec ont été célébrées à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde. Claire Kirkland-Casgrain est décédée le 24 mars, à l'âge de 91 ans.

Mme Kirkland-Casgrain a été élue en 1961 sous la bannière libérale. Elle a servi dans les cabinets des premiers ministres Jean Lesage et Robert Bourassa.

En 1973, elle a quitté son siège de députée pour devenir juge de la Cour provinciale.

Le premier ministre Philippe Couillard a décrété la tenue de funérailles nationales pour souligner l'engagement et le dévouement de Claire Kirkland-Casgrain. Elle devient par le fait même la première femme à avoir reçu cet honneur. 

De touchants témoignages

Plusieurs politiciens présents aux funérailles ont rendu hommage à cette pionnière de la politique québécoise. On a pu notamment voir les ex-premiers ministres du Québec Jean Charest et Pauline Marois, le chef du Parti Québécois Pierre Karl Péladeau et celui de la Coalition avenir Québec, François Legault, mais aussi des politiciens fédéraux comme le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair. Le premier ministre actuel, Philippe Couillard, a été le premier à livrer un discours au tout début de la sobre cérémonie.

Philippe Couillard a rappelé que la ténacité de Mme Kirkland-Casgrain a ouvert la voie aux femmes en politique. « Elle est une pionnière dans l'avancement du Québec vers la modernité », a-t-il déclaré dans son allocution. « On ne compte pas les progrès depuis son époque », a dit le premier ministre, tout en ajoutant qu'il reste du chemin à faire pour assurer une meilleure représentation des femmes en politique.

Après le discours du premier ministre, la fille de la défunte, Line Casgrain, et son mari, l'avocat Julius Grey ont pris la parole, suivis de l'ex-bâtonnière Julie Latour, épouse du fils de Mme Kirkland-Casgrain. « Je suis fière de dire que ma mère a fait la Révolution tranquille, qui a bénéficié à tous », a déclaré Line Casgrain.

« Elle a vraiment brisé pour nous, les femmes, des plafonds de verre », a dit l'ex-première ministre Pauline Marois, tout en soulignant l'audace, la détermination et le caractère fort de Mme Kirkland-Casgrain.

Selon l'ex-premier ministre Jean Charest, Claire Kirkland-Casgrain a « fait la démonstration que les femmes ont leur place à l'Assemblée nationale. Le dire, en 2016, paraît presque incroyable. Mais en 1961, ce n'était pas facile et elle a fait preuve de beaucoup de courage ».

Le chef du Parti Québécois Pierre Karl Péladeau, celui de la Coalition avenir Québec, François Legault, ainsi que la coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David étaient également présents. Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, représentait pour sa part le gouvernement fédéral. On notait aussi la présence de Thomas Mulcair, le chef du NPD.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine