Retour

Le rapport demandé par Jacques Chagnon existe déjà, selon Québec solidaire

Appelé à plus de transparence dans les dépenses des missions parlementaires, le Bureau de l'Assemblée nationale a demandé la semaine dernière à l'administration publique de produire un rapport sur ce qui se fait ailleurs. Pourtant, un inventaire des pratiques des parlements canadiens a déjà été produit à la demande de Québec solidaire.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Deux rapports ont été réalisés par la Bibliothèque de l’Assemblée nationale en avril et en mai. Ils contiennent les résultats de recherche sur les « députés et lois d’accès à l’information » et la composition et le fonctionnement des « équivalents du Bureau de l’Assemblée nationale » dans les autres provinces canadiennes.

Ce bureau regroupe tous les partis politiques québécois reconnus par le Parlement, ce qui exclut Québec solidaire, et a pour mandat d’en établir les règles administratives.

Le député solidaire Amir Khadir leur a remis en mains propres, jeudi dernier, lors d’une rencontre pendant laquelle il a été invité exceptionnellement, un document faisant un portrait de la situation.

Ce document est accompagné d’un comparatif avec les autres législatures canadiennes à la lumière des rapports de la bibliothèque.

Par exemple, alors que les réunions du Bureau de l’Assemblée nationale se déroulent toujours à huis clos, elles sont publiques au fédéral et dans plusieurs provinces, dont l’Alberta, à moins d’avis contraire.

Une transparence incomplète

Le Bureau de l’Assemblée a été la cible de vives critiques après que des députés eurent dénoncé dans les médias, sous le couvert de l’anonymat, des dépenses jugées excessives du président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, lors de voyages à l’étranger.

Par souci de transparence, M. Chagnon a annoncé après la rencontre de jeudi que les futurs rapports de dépenses seraient plus détaillés.

Il persiste toutefois dans son refus de dévoiler les achats de bouteilles de vin pour les mêmes raisons qu’il ne révélerait pas le « coût du teinturier de vos petites culottes », avait-il répondu à la question d’un journaliste.

Les parlementaires repoussent la question

L’étude demandée par le Bureau de l’Assemblée sur « les réformes à apporter quant à une divulgation plus explicite de toutes les dépenses relatives au rôle de député », tel que libellé dans un communiqué de presse, devra être présentée aux membres du Bureau de l’Assemblée, « si possible cet été ».

De meilleures pratiques pourraient en découler. Québec solidaire y voit cependant une façon pour ces membres de remettre volontairement à plus tard cette question et de se défiler, à quelques mois des élections.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque