Retour

Le redécoupage électoral à Montréal suscite des inquiétudes dans le Centre-Sud

Des groupes communautaires du centre-sud de Montréal craignent que les besoins des moins nantis soient dorénavant mal compris par les élus à l'Assemblée nationale, en raison de la proposition de modification de la carte électorale provinciale.

En vertu de ce redécoupage, une nouvelle circonscription, Ville-Marie, annexerait le secteur du Centre-Sud, plus défavorisé, à l'ouest du centre-ville. L’actuelle circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques disparaîtrait.

C'est un peu comme un lapin qui vient de sortir d'un chapeau, pour le directeur général de la Corporation de développement communautaire du Centre-Sud, François Bergeron.

« On pourrait, plus naturellement, être regroupé avec une circonscription dans Hochelaga-Maisonneuve, ou dans Mercier, qui a des profils socioéconomiques un peu plus similaires, mais où on n’aurait pas l'impression d'être noyé avec une section très riche », illustre François Bergeron.

L'ancienne proposition de modification de la carte électorale ne parlait pas de la disparition de cette circonscription, représentée à l’heure actuelle par Manon Massé, de Québec solidaire.

Yves Chartrand, membre de ce parti, déplore un manque de consultation. « Ç'aurait été la moindre des choses, dit-il. Dans le plan initial, il n'était pas question de faire disparaître notre comté. Si ç'avait été le cas, on serait allés aux audiences publiques, on aurait fait valoir notre point de vue. »

La directrice adjointe du Comité social Centre-Sud, Amandine Siess, estime aussi que ce secteur et celui situé plus à l'ouest n'ont rien en commun. « Si on compare des données sur des choses de base, quel accès les gens ont à l'alimentation, quel est leur revenu moyen par année, je pense qu'on n’obtiendra quand même pas les mêmes résultats entre les gens qui ont un condo à Atwater et les gens en chambre dans le Centre-Sud », dit-elle.

Il reste encore quelques jours à la population pour écrire au Directeur général des élections, qui précise qu’il doit faire en sorte que les circonscriptions contiennent sensiblement le même nombre d'électeurs. Il doit aussi tenir compte des particularités de chaque secteur.

C’est le cas à Mirabel, par exemple, où la croissance de la population, liée entre autres à l’industrie aéronautique, pourrait entraîner la création de deux nouvelles circonscriptions.

Avec des informations de Marc Verreault et François Cormier

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les animaux les plus laids





Rabais de la semaine