Retour

Le scénario électoral de Carlos Leitao

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a présenté le dernier budget du gouvernement de Philippe Couillard avant le rendez-vous électoral du 1er octobre prochain. Un budget équilibré qui a pour but de plaire à tout le monde. En fait, les libéraux ont décidé de gâter toutes les clientèles.

Une analyse de Martine Biron

Le premier mandat de Philippe Couillard ressemble à un scénario de film hollywoodien avec une montée dramatique au début, un peu d’inquiétude à mi-chemin et une finale formidable où tout le monde entrevoit de vivre confortablement et très heureux… du moins, pour cette année.

Si ce budget ne fait pas de grand gagnant, il en met toutefois plein la vue et il est quasiment impossible d’identifier un perdant. Tout le monde en tire un petit quelque chose.

Il y a des mesures pour les jeunes, les personnes âgées, les enfants, les étudiants, les professeurs, les infirmières et les juristes. Il y a aussi de grands projets comme le REM, le tramway et la ligne bleue. Les entreprises ont eu exactement ce qu’elles voulaient.

Et comme la priorité du gouvernement est d’améliorer la qualité de vie des familles, on propose un florilège de mesures : crédit d’impôt pour achat d’une première maison, prolongation du programme RénoVert, crédit d’impôt pour achat de prothèses auditives ou encore un accès gratuit aux musées du Québec un dimanche par mois.

Les mesures sont ciblées et visent des clientèles spécifiques. Les grandes missions de l’État ne sont pas oubliées pour autant. Le gouvernement réinvestit en santé, en éducation et dégage un montant record pour les infrastructures.

Alors que les dépenses dans les programmes augmentent en cette année électorale, la vie reprendra toutefois son train-train dès l’année prochaine avec un ralentissement substantiel. Ainsi, on comprend que Québec a gardé le robinet fermé serré et n’a ouvert les vannes que lors de la mise à jour économique de novembre dernier, donnant ainsi une illusion de stabilité dans les dépenses.

On ne peut s’empêcher de penser que si les libéraux sont réélus, les dépenses pourraient augmenter à nouveau au 2021, à temps pour les élections de 2022.

Un budget dans un contexte d'élections à date fixe

Plutôt que de parler du dernier budget du gouvernement libéral, on devrait plutôt parler de la plateforme électorale de Philippe Couillard. Le gouvernement, dans un contexte d’élections à date fixe, a le luxe de contrôler l’agenda politique. C’est la prime du parti au pouvoir.

Ainsi, le budget met la table pour la campagne électorale. L’opposition officielle péquiste compare le budget à un plat de bonbons après trois ans de compressions, tandis que la Coalition avenir Québec pense que le gouvernement aurait dû redonner davantage aux contribuables.

Maintenant, le gouvernement pourra-t-il livrer avant le rendez-vous électoral ou faudra-t-il réélire les libéraux pour goûter aux bonbons promis? Poser la question, c’est y répondre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité