Retour

Le SCFP du N.-B. demande une enquête sur les contrats octroyés au privé

Au Nouveau-Brunswick, le syndicat des employés de la voirie provinciale demande une enquête de la Vérificatrice générale sur l'octroi de contrats au secteur privé.

Cette demande survient au moment où le gouvernement a déjà annoncé que près de 300 employés du ministère des Transports perdraient leur emploi et qu'il veut privatiser certains services de voirie.

Le Syndicat canadien de la fonction publique estime que de se tourner vers le privé va même coûter plus cher aux contribuables.

« Dans le fond, ce qu'on veut, c'est une commission Charbonneau comme ils ont eu au Québec », affirme le trésorier du SCFP au Nouveau-Brunswick, Joey Kelly.

Le syndicat se demande pourquoi Fredericton se tourne vers le privé pour effectuer des travaux qui coûtent moins cher lorsqu'ils sont réalisés par des employés de la voirie.

« Pour travailler sur les véhicules, comme les camions et les voitures, ça coûte à peu près 42 $ l'heure pour qu'on le fasse. La maintenance, toutes les réparations. Puis, dans le privé, ça coûte près de 95 $ l'heure », soutient-il.

Le syndicat a fourni de nombreux autres exemples de tâches qui coûteraient moins cher, lorsqu'effectué par les employés du secteur public. L'opposition officielle a immédiatement apporté son soutien aux travailleurs syndiqués.

« Je supporte cela, et je supporte le SCFP et ce qu'ils disent ici aujourd'hui », a déclaré le député progressiste-conservateur de New Maryland-Sunbury, Jeff Carr, en faisant référence à la demande d'une enquête par la Vérificatrice générale.

Mais, le chef du Parti vert croit qu'une fois l'enquête sur Atcon terminée, la vérificatrice générale pourrait mener une enquête sur l'attribution des contrats au secteur privé.

Par communiqué, le ministre des Transports et de l'Infrastructure, Roger Melanson, a répondu par voie de communiqué que les défis économiques justifient une telle décision de la part du gouvernement.

« Le ministère des Transports et de l'Infrastructure comprend les préoccupations des travailleurs qui pourraient être touchés par les changements annoncés dans le budget provincial. Toutefois, notre gouvernement est confronté à des défis financiers importants, et nous devons prendre des décisions difficiles et nécessaires », a-t-il déclaré.

La vérificatrice générale n'a pas répondu à notre demande d'entrevue. Son bureau ne donne pas nécessairement suite à toutes les demandes d'enquêtes qui lui sont faites.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine