Retour

Le sénateur Colin Kenny quitte son poste plus tôt que prévu

Le sénateur libéral Colin Kenny a annoncé son départ mercredi alors qu'il devait prendre sa retraite en décembre, à l'âge de 75 ans. Le sénateur libéral, qui quittera officiellement ses fonctions vendredi, a été au centre de différentes controverses au cours des dernières années.

M. Kenny quittera donc le sénat 10 mois plus tôt que prévu, invoquant, dans une lettre obtenue par La Presse canadienne, des raisons de santé et les décennies passées à la Chambre haute.

« Je pense avoir fait ma part », écrit celui qui fut nommé au Sénat par l’ancien premier ministre Pierre Trudeau en 1984, après avoir passé une décennie comme conseiller spécial et secrétaire principal adjoint au cabinet du premier ministre.

En 2013, Colin Kenny avait fait l'objet d'une plainte pour harcèlement sexuel. Il a finalement été blanchi de cette allégation un an plus tard, à la suite d'une enquête. Celle-ci démontrait qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves contre M. Kenny.

Des dépenses injustifiées

Le sénateur est dans la mire du conseiller en éthique concernant l'utilisation de ressources du Sénat à des fins personnelles. Le bureau du conseiller confirme qu'une enquête formelle est en cours à ce sujet. Radio-Canada révélait l'an dernier des courriels qui indiquaient que des adjointes du sénateur s'occupaient des salons de bronzage dont il était propriétaire durant leurs heures de bureau.

Le sénateur Kenny a dû rembourser plus de 30 000 $ au Sénat, il y a deux ans, pour des dépenses considérées comme injustifiées.

Plus d'articles