Retour

Le sénateur Lang visé par des allégations de harcèlement

Le sénateur conservateur du Yukon Daniel Lang et l'un de ses conseillers feraient l'objet d'une enquête interne sur des allégations de harcèlement, a appris CBC de sources au sein de la Chambre haute.

Il s’agirait de la deuxième plainte visant M. Lang et son conseiller Naresh Raghubeer. La première plaignante aurait toutefois renoncé à poursuivre les deux hommes après avoir été transférée à un autre poste sur la colline du Parlement à Ottawa.

Le Sénat n’a pas voulu commenter la nature de la plainte, citant des raisons de confidentialité. Le sénateur du Yukon et M. Raghubeer ont toutefois réagi au reportage de CBC, y allant de déclarations contradictoires.« Je ne sais pas où vous avez entendu ça, mais ni moi ni mon équipe ne faisons l’objet d’une enquête », a déclaré M. Lang dans un premier communiqué jeudi.Un peu plus tard dans la journée, M. Raghubeer a publié une seconde déclaration, présentant une version différente de celle du sénateur Lang.« Une plainte a été déposée contre moi en 2016, mais après révision par un enquêteur indépendant, elle a été jugée "totalement infondée" », a-t-il affirmé, précisant que le sénateur du Yukon n’a pour sa part jamais fait l’objet d’une plainte pour harcèlement au Sénat.Frais juridiques couverts par le SénatAprès en avoir fait la demande, MM. Lang et Raghubeer auraient obtenu une aide financière du Sénat pour en autres régler les frais juridiques en lien avec des allégations de harcèlement.Un comité du Sénat aurait approuvé un total de 28 000 $, selon Michel Patrice, légiste et conseiller parlementaire au Sénat.La porte-parole de la Chambre haute, Jacqui Delaney, n’était pas en mesure de dire quelle proportion de cette somme a servi à payer les frais juridiques des deux hommes.Le sénateur n’a pas voulu commenter ces informations.Nommé en 2009 par l’ex-premier ministre Stephen Harper, Daniel Lang est le président du Comité permanent de la sécurité nationale et de la défense, qui a notamment publié le rapport sur le harcèlement sexuel dans les rangs de la GRC, en 2013.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine