Retour

Le système correctionnel nécessite une réforme, selon un rapport indépendant

La grande majorité des détenus ontariens n'a pas accès à des programmes de réhabilitation ou à une libération graduelle et encadrée, selon le conseiller indépendant chargé d'enquêter sur les services correctionnels.

Un texte de Claudine Brulé

C'est l'une des nombreuses conclusions du deuxième rapport déposé par Howard Sapers.

Il y formule un total de 62 recommandations.

Le système correctionnel nécessite une réforme, selon lui.

  • Il donne l'exemple de fouilles, pour lesquelles il existe peu de directives ou de limites.
  • Même situation pour le processus de plaintes : aucune politique ne dicte comment elles doivent être gérées.
  • Le nombre minimum de visites que peuvent recevoir les détenus est devenu le maximum par défaut dans plusieurs établissements, et les heures de visite sont très limitées, alors qu'elles peuvent être utiles à la réhabilitation, selon le rapport.

Des améliorations touchant les programmes de réintégration et de libération des détenus permettraient d'augmenter la sécurité du public, selon M. Sapers.

Réactions

La ministre des Services correctionnels, Marie-France Lalonde, s'engage à présenter sous peu un projet de loi pour moderniser la loi actuelle, adoptée il y a 30 ans, qui régit les centres de détention de l'Ontario.

Elle ne promet toutefois pas pour le moment de mesures concrètes ou du financement accru pour les centres correctionnels.

Le dernier rapport d'Howard Sapers n'examine pas l'isolement cellulaire. C'était plutôt le sujet de son premier bilan déposé en mai dernier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine