Retour

Le terrain devant le Château Bel-Âge de Moncton baptisé parc René-Arthur Fréchet

Le conseil municipal de Moncton a décidé, lundi, que le terrain adjacent au Château Bel-Âge, une ancienne résidence pour aînés, sera rebaptisé en l'honneur de l'architecte René-Arthur Fréchet.

« Nous pouvons maintenant commémorer la mémoire d’un architecte local important dans un lieu pertinent. Au cours des derniers mois, beaucoup ont reconnu l’influence du travail de René-Arthur Fréchet dans notre ville, notamment le [Château Bel-âge] lui-même, le Théâtre Capitol et l’édifice Taillon sur le campus de l’Université de Moncton. Cet espace vert est l’endroit idéal pour honorer l’ensemble de l’œuvre de M. Fréchet », a déclaré la mairesse de Moncton, Dawn Arnold.

La conseillère municipale Paulette Thériault s’est réjouie de cette décision à la sortie de la rencontre, tout en nuançant la nouvelle.

« Je suis contente qu’on arrive à un compromis. Mais je suis quand même déçue, car je trouve que c’est quand même un grand personnage. On n’aurait pas dû avoir ce débat de déplacer M. René-Arthur Fréchet » a-t-elle affirmé.

La Ville prévoit également faire désigner l’ensemble de la propriété du Château Bel-Âge zone de conservation du patrimoine municipal.

En décembre 2015, le conseil municipal de Moncton avait accepté de changer le nom du parc René-Arthur Fréchet pour qu’il s’appelle dorénavant le parc Braemar Park. Des résidents du quartier Sunny Brae avaient voté en faveur de ce changement parce que le nom de René-Arthur Fréchet, disaient-ils, ne reflétait pas l’histoire du quartier.

Cette décision avait forcé la Ville à trouver un autre lieu pour commémorer la mémoire de M. Fréchet, un bâtisseur de Moncton au XXe siècle.

Maintien du terrain

Lundi soir, le conseil municipal a aussi voté pour le maintien comme espace vert de la totalité du terrain acquis devant le Château Bel-Âge. La Ville avait obtenu l’espace de gazon situé entre le chemin Mountain et le Château en échange d’un terrain de stationnement sur la rue Robinson, au centre-ville.

« Nous tenions absolument à conserver la visibilité devant le [Château Bel-Âge], qui est un édifice patrimonial, et à protéger les arbres matures sur le terrain, mais nous avons également jugé l’échange important parce qu’il permet au secteur privé d’accroître la densité sur un terrain de stationnement existant au centre-ville », a déclaré, lundi, la mairesse Arnold.

Plus d'articles

Commentaires