Retour

Le transport, principal enjeu pour les candidats de Démocratie Québec

À moins d'une semaine du choix du nouveau chef de Démocratie Québec, les deux candidats Anne Guérette et François Marchand répètent qu'améliorer le transport est le véritable défi que devra relever la Ville de Québec dans l'avenir.

La mobilité durable passe par des solutions qui n'ont rien à voir avec l'élargissement des autoroutes ou la construction d'un 3e lien comme le préconise le maire Régis Labeaume, s'entendent pour dire les candidats.

Anne Guérette et François Marchand ont croisé le fer, lundi matin, lors d'un débat radiophonique à l'émission Première heure à Radio-Canada.

« Pourquoi le maire Labeaume en ce moment pousse-t-il tant les élargissements d'autoroutes? Parce que ce n'est pas lui qui paye. Parce que c'est financé à 100 % par le gouvernement du Québec. Il n'a plus d'argent, mais veut faire semblant d'être un maire qui bouge », a lancé Anne Guérette.

La conseillère avance que ce dossier sera le principal enjeu de la prochaine élection municipale en novembre 2017.

« Nous sommes une ville embouteillée à l'heure actuelle. Et j'ai proposé d'y investir jusqu'à 200 millions de dollars, donc l'équivalent de notre amphithéâtre. Il faut y mettre autant d'énergie que dans l'amphithéâtre », martèle Mme Guérette.

Améliorer le transport en commun demeure une solution selon la candidate, mais aussi favoriser le transport actif en construisant des pistes cyclables et en aménageant des trottoirs, tout en misant sur une urbanisation plus cohérente.

« Moi, je ne crois pas que l'élargissement des autoroutes ou le 3e lien soit la solution », a indiqué pour sa part François Marchand. Ça provoque l'étalement urbain, donc il faut faire en sorte que nos citoyens demeurent en ville. »

Le candidat propose d'octroyer un laissez-passer universel pour les étudiants des Cégeps et de l'Université Laval. Une mesure qui serait financée par les employeurs et les institutions qui doivent aussi faire leur part pour réduire les problèmes de congestion routière, dit le candidat.

« Nos universités, nos cégeps ressemblent malheureusement davantage souvent à des parkings de centres commerciaux », déplore M. Marchand qui préconise aussi une meilleure informatisation de la circulation pour régler le problème.

La banlieue exclue?

Questionnés à savoir si le parti Démocratie Québec ne rejoignait pas davantage les préoccupations des citoyens du centre-ville que la banlieue, les candidats ont admis qu'il y avait encore du travail à faire pour séduire les résidents qui habitent à l'extérieur des quartiers centraux.

« Ce n'est pas facile la périphérie ou la banlieue, mais on devra s'y intéresser », promet François Marchand.

Anne Guérette a l'intention pour sa part de s'attaquer à la densification, un dossier qui ne concerne pas seulement le centre-ville. « La densification c'est un art, et une mairesse architecte devrait avoir pas mal d'outils pour travailler en ce sens-là », lance-t-elle.

Les membres de Démocratie Québec choisiront leur nouveau chef le 4 décembre.

Plus d'articles