Retour

Le vote des Autochtones peut-il changer l'issue du scrutin dans 51 circonscriptions?

L'Assemblée des Premières Nations (APN) veut que le vote des Autochtones pèse dans la balance aux élections du 19 octobre prochain. Mais les encourager à se rendre aux urnes n'est pas une tâche facile.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Au cœur de la capitale albertaine, la circonscription d'Edmonton-Griesbach qui englobe une partie du centre-ville est toute nouvelle. Sans député sortant, avec des candidats conservateurs et néo-démocrates qui ont commencé à battre le pavé bien avant le déclenchement de la campagne, le résultat du vote y est plus qu'incertain.

Puisqu'elle compte plusieurs milliers d'électeurs autochtones, l'Assemblée des Premières Nations a déterminé que c'est l'une des 51 circonscriptions du pays où elle pense pouvoir influencer le résultat du scrutin.

Explorez la carte ci-dessous pour découvrir les 51 circonscriptions en question.

Pour consulter la carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Parler des sujets qui touchent les Autochtones

L'APN aimerait que la campagne en cours porte sur certains sujets chers à ses membres.

Un autre sujet cher à de nombreuses communautés autochtones est la demande d'une enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées.

Nous avons aussi demandé à plusieurs candidats autochtones les priorités qu'ils comptent défendre. Cliquez sur les photos ci-dessous pour lire leurs réponses. 

Pour les voir sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un taux de participation chroniquement bas

Lors du dernier scrutin en 2011, 61,1 % des électeurs canadiens sont allés aux urnes. Dans les réserves des Premières Nations, le taux de participation n'était que de 44,8 %, selon une étude d'Élections Canada (cette étude n'a toutefois pas recueilli de statistiques sur le taux de participation hors des réserves).

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un impact potentiel sur le gouvernement final

« Pour que les communautés autochtones puissent changer un résultat électoral, c'est absolument nécessaire que ce taux de participation augmente d'une façon assez importante », explique Éric Grenier, analyste de sondages pour CBC.

Selon lui, une plus forte participation électorale de membres des Premières Nations qui auraient décidé d'appuyer un parti d'opposition aurait pu avoir un effet significatif lors du dernier scrutin en 2011.

Plus d'articles

Commentaires