Retour

Légalisation du cannabis : Barrette ne « s’émeut pas » du sort des cigarettiers

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette « ne s'émeut pas » de la situation des cigarettiers alors que la compagnie Imperial Tobacco Canada dénonce l'incohérence réglementaire entre le tabac et le cannabis auprès du Conseil du patronat du Québec.

Avec la légalisation du cannabis en juillet 2018, Imperial Tobacco Canada juge que le gouvernement fédéral est plus clément à l’égard de cette nouvelle industrie, arguant que la marijuana et le tabac sont toutes deux des substances addictives.

Invité par le Conseil du Patronat du Québec, le président d'Imperial Tobacco au pays, Jorge Araya, a rappelé que l'an dernier sa compagnie a rapporté 4 milliards de dollars en taxes aux différents paliers de gouvernements au Canada. Cette compagnie emploie 500 personnes au pays, dont 300 au Québec. Mais les taxes imposées aux compagnies de tabac (70 %) font en sorte que la cigarette devient un produit prohibitif. Pendant ce temps, précise monsieur Araya, le commerce illégal du tabac profite au crime organisé.

Monsieur Araya réclame du gouvernement fédéral qu'il applique les mêmes règles à l'industrie de la marijuana. Il se penche aussi sur l’absence de marques sur les produits du tabac légaux qui risque de favoriser le marché noir, ainsi que sur de nouveaux produits dits « moins nocifs » pour la santé.

La nouvelle a bien fait rire le ministre de la Santé. « Un gouvernement devrait se préoccuper d'une circonstance qui ferait baisser l'utilisation d'un produit nocif? », a-t-il lancé avec un sourire moqueur, jeudi, lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

« La corrélation entre le cancer du poumon et les artères bloquées que j’ai passé ma vie à débloquer est connue, démontrée, directe, absolue, sans équivoque », a expliqué l’ancien radiologiste spécialisé dans les problèmes vasculaires.

Selon lui, les consommateurs ne pourront pas mettre la main plus facilement sur du cannabis que sur du tabac. « Des deux côtés, l’accès m’apparaît similaire. Les modalités de mise en marché seront bientôt exposées. »

Publicité déguisée

Du côté de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, on déplore qu'Imperial Tobacco puisse promouvoir de nouveaux produits du tabac et tente d’influencer le débat politique auprès des gens d’affaires avec « des énoncés trompeurs ».

« Malgré cette catastrophe pour la santé publique, le plus grand fabricant de cigarettes a le culot de se plaindre d'être harcelé par des règles pour standardiser ses emballages et interdire l'aromatisation des cigarettes », a commenté Flory Doucas, codirectrice et porte-parole de la Coalition dans un communiqué.

Mettre le tabac et le cannabis sur le même pied d’égalité, comme le fait le cigarettier, « ne sert qu'à minimiser les dommages causés par le tabac et l'importance de la lutte contre le tabagisme », poursuit-elle.

Avec les informations de Catherine Kovacs

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine