Retour

Legs de Martin Coiteux aux municipalités : des programmes d'infrastructures plus simples

Les programmes de financement du gouvernement du Québec pour les infrastructures municipales devraient maintenant être plus souples, plus simples et plus conviviaux.

Dans un de ses derniers gestes à titre de ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux a annoncé vendredi la refonte des programmes d'infrastructures municipaux, qui passent de 15 à 3. Il était présent aux assises de l'Union des municipalités du Québec.

Après cette refonte des programmes, les travaux effectués par les employés municipaux deviennent admissibles aux subventions.

Le président de l'UMQ, Alexandre Cusson, affirme que cette reconnaissance montre que Québec fait confiance aux municipalités. Il espère que le gouvernement fédéral emboîtera également le pas.

Par ailleurs, le gouvernement élimine certaines étapes de vérification jugées inutiles et met en place un nouveau partage des risques.

Devant les membres de l'UMQ réunis à Gatineau, Martin Coiteux a annoncé ces changements après avoir fait le bilan des réalisations de son gouvernement « pour mettre un terme à la vieille relation paternaliste que le gouvernement du Québec avait toujours eue avec les municipalités ».

Des maires comblés

Les annonces du ministre Coiteux, qui s'ajoutent à celles du premier ministre Philippe Couillard jeudi sur le transfert d'un point de pourcentage de la taxe de vente du Québec (TVQ) aux municipalités, viennent combler les attentes des maires.

« On avait des attentes immenses avant les assises de cette année et, en fait, les résultats sont au-delà de nos attentes », a indiqué le maire de Gatineau et président du caucus des grandes villes de l'UMQ, Maxime Pedneaud-Jobin.

M. Pedneaud-Jobin s'est toutefois fait prudent sur l'annonce de la restructuration des programmes d'infrastructures.

« Le principe qui nous a été expliqué est intéressant », a dit le maire de Gatineau. « On va prendre le temps de regarder les programmes en détail pour voir si c'est aussi beau qu'il y parait, mais si on se fie au passé de M. Coiteux, ça risque d'être intéressant. »

Décentralisation de la fonction publique

Devant l'UMQ, le ministre Coiteux a également évoqué l'idée de décentraliser certaines équipes ministérielles vers les régions. Cette décentralisation pourrait se faire selon lui dans certains ministères « à vocation régionale, comme les forêts et les pêcheries ».

Cette ouverture a été saluée par le maire de Gatineau, qui estime que toute décentralisation ne peut que profiter aux régions.

Il rappelle que sa ville est le deuxième pôle d'immigration au Québec.

« Nous avions un bureau de l'immigration, mais nous l'avons perdu en raison de la centralisation », a souligné M. Pedneaud-Jobin.

Le ministre Coiteux a indiqué que les localités qui accueillent des immigrants pourraient bénéficier d'agents d'immigration pour venir appuyer les efforts municipaux.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles