Retour

Lehouillier veut une rencontre politique sur le 3e lien

Le maire de Lévis est « déçu » qu'aucune rencontre politique n'a eu lieu depuis que Québec a annoncé la réalisation d'une étude d'opportunité sur le projet de troisième lien entre les deux rives.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Gilles Lehouillier rappelle qu’une rencontre « administrative », entre les experts et les fonctionnaires du gouvernement est prévue le 1er mai. Il est inconcevable que cette réunion se produise avant que les élus se rencontrent dans ce dossier, selon lui.

« Nous, ce qu’on demande, c’est qu’on ait cette rencontre-là dans les meilleurs délais. Parce qu’on veut exposer certains points de vue touchant entre autres la démographie. Touchant les scénarios futurs de déplacements des gens dans la mesure où il y a un 3e lien. On veut qu’on précise ce qu’on entend par 3e lien », déplore M. Lehouillier.

L’étude d’opportunité sur le projet de 3e lien doit être réalisée pour 2020. Elle permettra de connaitre les besoins de la région en termes de mobilité, mais aussi à proposer des solutions pour réduire la congestion routière.

L’étude précisera l’endroit qui pourrait être ciblé pour la construction de l’éventuel troisième lien. La zone qui sera analysée ira de Saint-Augustin-de-Desmaures à l'île d'Orléans.

« Je serais bien curieux moi de voir les autres options qu’un lien à l’Est », lance Gilles Lehouillier soulevant que les infrastructures routières dans le secteur l'île d'Orléans sont propices à l’aménagement d’un 3e lien.

Lévis « passe à l’action » pour son transport collectif

Gilles Lehouillier a aussi annoncé lundi la mise sur pied du Comité directeur sur la mobilité durable. C’est ce comité qui utilisera les 7,9 M$ octroyés par le gouvernement Couillard pour réaliser les études sur le projet de transports collectif de Lévis et sur l’interconnexion entre les deux rives.

L’amélioration des axes routiers existants et la participation « active » au suivi du projet de troisième lien sont aussi des mandats émis aux membres du comité.

« Nous mettrons tout en œuvre afin d’assurer une meilleure fluidité de la circulation sur notre territoire », a assuré le maire qui présidera le comité.

La Ville envisage pouvoir terminer les études sur son projet de transport collectif en 2019. Elle procèdera ensuite à la réalisation des plans et devis pour commencer la construction à l’automne 2020.

Le projet de transport collectif à Lévis consiste à l’ajout de voies réservées au centre de la chaussé sur Guillaume-Couture entre Monseigneur-Bourget et Président-Kennedy, peut-être même Charles-Rodrigue et dans l'ouest de la ville, de la rue Mercure jusqu'à la tête des ponts.

Interconnexion

Gilles Lehouillier n’a toutefois pas voulu s’avancer sur le délai nécessaire pour réaliser les études sur l’interconnexion entre les deux rives.

Les scénarios déjà présentés dans le cadre du projet de Service rapide par bus contribueront tout de même à accélérer le processus. Le maire assure que l’ensemble de ses scénarios seront analysés, mais n’écarte pas la possibilité d’en proposer d’autres.

« On regarde le scénario d'une possibilité que le tramway traverse à Lévis. Pourquoi?Parce qu'à un moment donné, il ne faudra pas arriver à la fin d'une opération et qu'on nous dise: mais pourquoi vous n'avez pas regardé le scénario d'un tramway qui traverse à Lévis.

L’intégration tarifaire entre la Société de transport de Lévis et le Réseau de transport de la Capitale fera aussi partie des priorités du Comité directeur sur la mobilité durable. Il faut éviter d’avoir à payer deux fois, souligne le maire.

« Il ne faudra pas que l’interconnexion entre les deux rives ait pour effet d’enlever des usagers et d’avoir l’effet inverse » , conclut Gilles Lehouillier.

Plus d'articles