Retour

Les 100 premiers jours de Marc Parent : « J'ai livré la marchandise »

Marc Parent se dit « extrêmement satisfait » des réalisations de ses 100 premiers jours comme maire élu de la Ville de Rimouski. Il concède toutefois avoir déjà constaté qu'« en politique, il n'est pas possible de plaire à tout le monde. »

Un texte de Denis Leduc

Marc Parent a repris la formule à deux reprises lors d'une entrevue marquant le centième jour, ce mardi, de son élection à la mairie.

La première fois, c'est lorsqu'il évoque la première assemblée du conseil municipal suivant l'élection au cours de laquelle une trentaine de citoyens sont venus dénoncer la décision de la ville d'ouvrir les locaux des Tennis de Rimouski au Club de gymnastique RikiGym.

« Le Paradis a été tout un défi »

Et la seconde, c'est quand il décrit ses efforts pour réaliser son engagement électoral de tenter de faire renaître le projet de déménager la Coopérative Le Paradis dans la cathédrale.

L'idée a été rejetée sans ménagement par les groupes culturels.

A-t-il appris de cet échec, notamment sur la manière de proposer ses idées? Il répond simplement: « Sur la manière... Comme je vous dis, on ne peut satisfaire tout le monde. »

Marc Parent se dit persuadé que malgré tout, il se devait de « faire cet effort ultime pour trouver une solution à la cathédrale ».

14 engagements pour les 100 premiers jours

Vers la fin de la campagne électorale, le candidat Parent a présenté une liste de 14 projets ou actions qu'il s'engageait à réaliser dans les 100 premiers jours de son élection éventuelle.

Un engagement déjà renié?

En révisant la liste point par point, le maire nuance son enthousiasme du début d'entrevue et concède qu'il n'a pas tenu tous ses engagements.

Il ouvre même la porte à la possibilité de renier un de ses engagements, celui de finaliser la « restauration » des Ateliers Saint-Louis et leur transformation en 19 logements sociaux. Le projet coûterait plus de 6 millions de dollars ou 325 000 $ par logement.

Le maire Parent ajoute au sujet de cette promesse électorale: « Celle-là, je ne l'ai pas remplie! Mais la décision d'attendre est fiscalement extrêmement responsable. »

Fracturation hydraulique

Un second engagement qui n'a pas encore été tenu est celui d'affirmer par résolution que la Ville de Rimouski ne souhaite pas permettre la fracturation hydraulique lors de projets d'exploration pétrolière sur son territoire. Les élus ont déjà débattu de la question, mais avant d'agir, ils vont rencontrer un spécialiste de la question, le mois prochain.

Les promesses tenues ou en voie de l'être

Marc Parent a réalisé la plupart des actions qu'il avait promis d'entreprendre rapidement.

C'est le cas d'une étude sur la fluidité de la circulation sur la 2e Rue.

Après analyse, le Service du génie ne recommande aucun changement aux aménagements actuels à l'intersection de la 2e Rue et de l'Avenue de la Cathédrale, car on estime que la circulation automobile n'est pas véritablement perturbée par la présence de la nouvelle piste cyclable.

D'autres promesses, et pas les moindres, ont fait l'objet d'initiative, mais demanderont plus de temps avant de se concrétiser véritablement.

C'est le cas de ce désir de « forcer le dépôt d'un plan d'action » par la compagnie Réseau Sélection pour la revitalisation du secteur de La Grande Place. Pour l'instant, la seule action véritable a été l'embauche d'une firme d'architectes pour proposer des scénarios de relance.

Même chose pour le transport collectif. Un plan d'action a été demandé à la Société des transports de Rimouski (STR), mais les résultats quant à la tarification ou les itinéraires prendront un certain temps avant d'être réalisés. Mais déjà des choses bougent, au point où le président du conseil d'administration de la STR a décidé de claquer la porte en accusant le maire de ne pas lui avoir laissé d'autre choix que de démissionner.

Autrement, des comités sur l'urbanisme et l'affichage commercial ont été créés de même que la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER) a été invitée à développer des stratégies pour aider les entreprises à solutionner leur problème de recrutement de main-d'œuvre.

L'avenir

Les 100 premiers jours sont passés; il en reste 1 360 autres avant que Marc Parent et tous les élus municipaux du Québec ne retournent devant l'électorat.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine