Retour

Les banques alimentaires du N.-B. dénoncent leur sous-financement

Depuis une vingtaine d'années, le gouvernement provincial offre la même aide financière aux banques alimentaires du Nouveau-Brunswick même si leur nombre est passé de 20 à 59.

Cette année, la province répartit la même enveloppe budgétaire à l'ensemble des banques alimentaires. Cette décision gouvernementale vient directement affecter le fonctionnement de l'Atelier R-A-D-0 d'Edmundston, qui oeuvre auprès personnes à faibles revenus dans la région du Madawaska.

« On ne s'attendait pas du tout à une réduction de cette ampleur-là », déclare Yves Sévigny le directeur général de l'Atelier R-A-D-0 d'Edmundston.

Cela signifie une perte de revenue annuelle de 10 000 dollars pour l’organisme.

Pour équilibrer son budget, le directeur général a dû couper dans ses ressources.

« Ça touche essentiellement deux personnes. On a un employé qui fait une journée de moins par semaine et un autre employé qui fait une demi-journée de moins par semaine. »

D'autres mesures s'imposent, l'Atelier R-A-D-O doit trouver d'autres façons pour augmenter ses revenus.

Les gens devront payer plus cher pour acheter des vêtements au comptoir vestimentaire. La carte de membre de l'Atelier R-A-D-O pour obtenir gratuitement des repas chauds à la cuisine communautaire et des boîtes de nourriture sera aussi augmentée.

Une décision gouvernementale qui risque de faire mal aux 500 personnes qui ont besoin régulièrement des services de l'Atelier R-A-D-O pour survivre.

D’après un reportage de Bernard LeBel

Plus d'articles

Commentaires