Retour

Les communautés francophones hors Québec lancent un ultimatum à Ottawa

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada exige des gestes concrets du gouvernement fédéral pour améliorer le sort des communautés francophones minoritaires et lui donne jusqu'au 31 mars pour ce faire.

Un texte de Tiphanie Roquette

« Voilà plus de 27 mois que ce gouvernement est arrivé au pouvoir. Depuis ce temps, nous avons eu beaucoup de belles paroles en matière de langues officielles », a déclaré le président de la FCFA, Jean Johnson, en conférence de presse à Ottawa. Il était accompagné de la Fédération des associations des juristes d’expression française et de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario.

Le ras-le-bol des communautés

La Fédération et ses 18 organismes membres réclament la mise en place d’un plan d’action qui fasse des francophones une priorité. Elles demandent à ce que ce plan soit administré et géré par le Bureau du Conseil privé, l'organisme central de la fonction publique.

Les organisations demandent surtout que ce plan s’accompagne d’un investissement de 575 millions de dollars supplémentaires à destination des organismes communautaires en région. Selon M. Johnson, ce montant représente un rattrapage des 12 ans de manque d’investissement dans les francophones hors Québec.

Un plan d’action fédéral dès le 1er avril

Simon Ross, l’attaché de presse du Cabinet de la ministre du Patrimoine canadien, indique qu’il comprend les préoccupations de la FCFA.

« Quand ils disent que ça fait dix ans qu’il y a un désinvestissement dans le français à travers le pays, totalement d’accord avec eux, en disant, le gouvernement conservateur n’a absolument rien fait », affirme Simon Ross.

Le plan d’action des conservateurs se termine le 31 mars, selon Simon Ross, et il soutient que le gouvernement libéral sera prêt à prendre le relais. « Je tiens à rassurer les communautés francophones en situation minoritaire, le gouvernement va maintenir son engagement sur le dossier », dit-il.

Il rappelle que la nomination du Franco-manitobain Raymond Théberge comme commissaire désigné aux langues officielles était un premier pas dans la bonne direction.

Le plan d’action sera implanté le 1er avril prochain, selon le gouvernement, mais pour l’instant, il n’y a pas de date de dévoilement qui a été annoncée.

Simon Ross est néanmoins sûr que cela va satisfaire les communautés francophones en milieu minoritaire. « On est convaincus que ça va répondre aux préoccupations des communautés », affirme-t-il.

Des rumeurs décourageantes

Ce n'est pas le premier appel de l'organisme à un financement supplémentaire de la part du gouvernement fédéral, mais les démarches de la FCFA sont pour l'instant restées sans réponse. Le président de la FCFA a affirmé qu’il avait tenté de rencontrer le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, et de lancer un dialogue avec le premier ministre, Justin Trudeau, mais que ces derniers n'ont pas donné suite à ces demandes.

Les rumeurs laissent entendre qu'Ottawa n'offrira pas le financement supplémentaire demandé, a dit M. Johnson. « Si la rumeur est vraie, [elle] sera une injure et une insulte à notre communauté et elle va se transformer en grogne », a-t-il affirmé.

M. Johnson est toutefois resté vague sur les conséquences de cet ultimatum, faisant allusion à de possibles répercussions électorales. « Dans deux mois, alors que nous serons à un an et demi des prochaines élections, nous saurons quelles conclusions tirer du gouvernement Trudeau par rapport à ce chapitre », s’est-il contenté de dire.

Les organismes mèneront une journée d’action, le 1er mars, sur la colline du Parlement, à Ottawa, pour rencontrer le plus grand nombre de députés et de sénateurs possible, et les sensibiliser aux besoins des francophones en milieu minoritaire.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards