Retour

Les conservateurs dirigent les médias vers un restaurant… puis leur refuse l’accès

Le directeur de campagne du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Jeff Silverstein, a envoyé les médias vers un un café de Woodbridge, lundi vers 11 h 30, pour ensuite les faire attendre durant deux heures.

Doug Ford s’est présenté à la boulangerie vers 13 h 40, a pris quelques questions en mêlée de presse, pour ensuite entrer dans le café d’où les médias avaient été bannis. Un membre de la campagne de M. Ford laissait certains membres du public entrer dans le café mais bloquait l’entrée aux médias.

Frustrés de cette situation, des caméramen présents sur place ont tenté de prendre des images aux travers des fenêtres du café. À l’intérieur, le chef conservateur serrait les mains du propriétaire ainsi que de certains clients.

Puis, lorsque M. Ford est sorti du café pour retourner à son autobus de campagne, les membres de son équipe ont utilisé les haut parleurs de l’autobus pour faire jouer de la musique à fort volume dans le stationnement.

Cet événement fait suite à une question posée par une journaliste de Radio-Canada en lien avec le nombre d’événements de presse tenus par le parti.

Lors du seul événement médiatique du Parti conservateur, lundi à Scarborough, Doug Ford s’est fait demander s’il avait décidé de ne pas faire campagne ou s’il ne dévoilait pas aux médias où il se dirigeait.

Sa réponse : « Les gens vont voir notre autobus dans la grande région de Toronto au cours de la journée. Nous n’arrêtons pas de travailler. C’est notre philosophie. »

Au début de la journée, le Nouveau Parti démocratique ainsi que le Parti libéral avaient tous deux cinq événements à l’horaire, alors que le PPCO en n’avait qu’un.

Le directeur de campagne a ensuite dévoilé aux médias qu’un événement de plus, qui ne faisait pas partie de l’horaire officiel du parti, allait avoir lieu quelques heures plus tard. Il s’agissait de l’arrêt de M. Ford au café Nino D'Aversa de Woodbridge.

Doug Ford joue « à la cachette », selon le NPD

La chef du Nouveau Parti démocratique Andrea Horwath a accusé Doug Ford de « jouer à la cachette avec les médias et les électeurs ». Mme Horwath a tenu ces propos lundi après-midi pendant que les médias attendaient M. Ford à Woodbridge.

Les néo-démocrates tentent de donner l’apparence d’un parti qui a le vent dans les voiles avec cinq arrêts de campagne dans le Sud-Ouest de la province.

Lors de visites éclair d’au plus une trentaine de minutes, Andrea Horwath a répété les attaques envers son adversaire conservateur lors de ses passages dans des circonscriptions libérales et conservatrices.

« Le choix est évidemment entre moi et Doug Ford », a-t-elle répété lors des ses arrêts à London, Sarnia et Chatham.

Bien que les sondages indiquent que les néo-démocrates pourraient remporter le vote populaire jeudi, ils montrent aussi que les conservateurs pourraient obtenir un assez grand nombre de sièges pour former un gouvernement majoritaire à Queen’s Park.

La chef libérale Kathleen Wynne n'a pour sa part pas dit son dernier mot. Malgré son aveu qu’elle ne sera pas la prochaine Première ministre de l’Ontario, elle a multiplié les entrevues dans les médias lundi dans l’espoir de faire élire ses candidats, et ainsi préserver le statut officiel du Parti libéral dans la province.

Plus d'articles