Les militants du Parti conservateur du Canada (PCC), en congrès national à Vancouver, ont voté vendredi en faveur d'une résolution qui vise à retirer du programme de la formation politique la définition qui fait du mariage une union entre un homme et une femme.

Pour entrer en vigueur, cette résolution doit être entérinée samedi par quelque 2500 membres du parti.

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle orientation, lancée par des députés conservateurs québécois, est symptomatique du tournant que prend le PCC depuis le départ de Stephen Harper.

La députée albertaine Michelle Rempel était émue après le vote. Elle pense qu'elle se rappellera toujours ce moment marquant de sa carrière politique, voire de sa vie, comme « quelque chose de génial ».

Le député saskatchewanais Brad Trost était déçu quant à lui. Partisan du mariage traditionnel, il dit être en campagne pour défendre cette option et espère que le vote en plénière renversera la situation.

« J'aime les [candidats] Maxime [Bernier] et Kellie [Leitch], mais ces deux-là ont soutenu la motion. Je suis désolé, mais ils ne sont plus dans ma liste, désormais », a déclaré Trost.

La porte définitivement fermée à Rona Ambrose

Même si Rona Ambrose a réitéré récemment son refus de succéder à M. Harper, une motion de dernière minute a été soumise au congrès par ses partisans afin de lui permettre de briguer le poste de chef permanent du PCC.

Les membres du parti ont toutefois rejeté cette motion. Certains délégués n'ont pas caché d'ailleurs leur agacement, puisque Mme Ambrose savait dès le départ qu'en choisissant de devenir chef intérimaire, elle renonçait de fait à la fonction permanente, comme le stipulent les statuts du PCC.

Le successeur de M. Harper sera élu le 27 mai 2017. Trois candidats - Maxime Bernier, Kellie Leitch et Michael Chong - sont déjà officiellement dans la course, mais plusieurs autres pensent se lancer, profitant du congrès pour tâter le terrain. 

Harper aux finances du parti

Par ailleurs, on a appris lors de ce congrès que l'ancien premier ministre Stephen Harper sera nommé au comité du Fonds conservateur à sa prochaine réunion, en juin. C'est le président de fonds, Irving Gerstein, qui en a fait l'annonce.

Le Parti conservateur a dépensé 42 millions de dollars lors de la dernière campagne électorale, soit 12 millions de moins que le plafond autorisé par Élections Canada. 

M. Gerstein a précisé que le parti a remboursé ses dettes et compte amasser au moins 10 millions de dollars d'ici la campagne de 2019.

Le cri du coeur d'une musulmane conservatrice

Urz Heer, présente au congrès de Vancouver, a vertement réprimandé son parti sur certaines positions qui ont, selon elle, contrarié la communauté musulmane lors de la dernière campagne électorale.

La militante déplore que le PCC n'ait pas réussi à faire la différence entre les terroristes et les musulmans. Par conséquent, a-t-elle dit, de nombreux électeurs musulmans qui s'abstenaient auparavant ont voté contre les conservateurs.

Les troupes de Stephen Harper avaient fait campagne contre l'interdiction de porter un voile couvrant le visage aux cérémonies de citoyenneté. Les conservateurs ont aussi proposé une ligne téléphonique pour dénoncer des « pratiques culturelles barbares ».

Plus d'articles

Commentaires